Entrez dans un monde ou magie et réel ce mélange dans le domaine scolaire. Adoptez un guardian, familiarisez vous avec vos armes & pouvoirs et découvrez vos transformations liés à vos tatouages ou symboles.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Un erreur, presque fatale. [Libre]

Aller en bas 
AuteurMessage
Shisuka Hihoko
Voyageuse du temps
avatar

Messages : 202
Date d'inscription : 11/08/2010
Age : 26
Localisation : Suisse

Feuille de personnage
Expérience:
0/5000  (0/5000)
Pouvoirs / guardians / armes:
Symbol / Déclencheur de transformation / Transformation:

MessageSujet: Un erreur, presque fatale. [Libre]   Dim 15 Aoû - 19:35

**Mais quelle maladroite que je peux être, même pas deux heures passées que je me suis mit dans des confusions pas possibles... Alors là j'ai fait fort, très fort. Avec la chaleur pareille j'ai décidément pas de bol, j'ai gaspillé les dernières pièces pour un coca qui a fini renversé sur un T-shirt. Je vais me faire massacrer. Mais si seulement j'arrivais a la retrouver je pourrais lui demander pardon, espérant qu'elle soie pas trop fâchée avec moi.

Si seulement je savais comment changer le passé, j'aurais peut-être réussi a éviter cette désastreuse rencontre. Et en plus je suis même pas resté afin de m'excuser. Bon sang elle est ou?**


A cette pensée je sortis du bâtiment donnant sur le jardin, une légère brise soufflait balayant quelques feuilles tombées. Le soleil frappait sans cesse faisant monter le thermomètre près des quarante degrés, avec une journée pareille d'été il fallait être dans la piscine ou dans un endroit ou ils on la climi. Et pourtant moi je courais dans tous les sens afin de trouver une fille. A qui j'ai eu le malheur de renverser le coca fourni par mes dernières pièces. Je continua a longer le jardin, jusqu'à que j'arrive près d'un groupement d'arbres. Là couché par terre je vois qui d'autre que la fille que je cherche. Je me dépêche de la joindre, mais la chaleur fait que a chaque pas que je fais je me alourdisse. Puis là c'est encore la catastrophe. Cette racine trop relevée, que j'avais pas vu se mit dans mon chemin et... TAF* Encore une fois je me retrouvais par terre, Quel chance. *J'espère au moins qu'elle ne m'aie pas vu.* Mais apparemment c'était perdu d'avance pour que je passe inaperçu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://entre-nekos-humains.forums-actifs.com/index.htm
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un erreur, presque fatale. [Libre]   Lun 16 Aoû - 4:12






Aaaah, la cérémonie d’entrée à l’école. Elle avait l’impression que ça faisait des années qu’elle y avait participer pour la première fois alors qu’en réalité.. Ça ne faisait qu’une seule année. L’année précédente avait été riche en évènements bouleversants et en changements dans la vie de la jeune fille. Elle avait tout d’abord pris connaissance de ses pouvoirs mais, également de son transfert au Japon, loin de ses parents. La rentrée fut donc placée sous le signe de la morosité. Cependant, un évènement était venu atténué toutes ces nouvelles peu réjouissantes, la venue de son gardian Zouni. Un vrai lien les unissaient et elle avait l’impression que le petit renard pouvait la comprendre mieux que quiconque sans qu’elle n’ait besoin d’ouvrir la bouche une seule fois. Il n’était encore qu’un bébé et pourtant, dès qu’elle se sentait mal et repensait à tous ceux qu’elle avait laissé là bas, en Corée, le petit renard venait se loger à côté d’elle et l’incitait à lui faire des câlins. Au fur et à mesure que le temps passait, elle s’était mise à lui raconter tout ce qu’il se passait autour d’elle, ses problèmes, ses joie à l’animal. Il ne pouvait pas lui répondre et pourtant, elle était plus que persuadé qu’il la comprenait très bien au fond. Un lien vraiment magique qu’elle chérissait plus que tout ici, étant la seule chose qu’elle ait pu trouvé de réconfortant. Il y avait aussi cette infirmière qui lui avait mis le grappin dessus un jour, alors qu’elle s’était isolée dans le jardin pour écouter la musique tranquillement, la plus part des élèves étant dans la salle de jeux. La tranquillité, c’était ce qu’elle cherchait sans cesse et cet femme semblait l’avoir compris, lui promettant un coin tranquille de l’infirmerie dès qu’elle le voulait. Le pourquoi d’une telle générosité? Elle n’en avait aucune idée. Peut être voulait t’elle créer des liens? Ou bien l’avait t’elle pris en pitié? Cette dernière explications ne l’enchantait guère mais, elle ne pouvait l’écarter. Cette dame ne lui avait jamais vraiment inspirer confiance et, même si elle acceptait toujours son aide, elle ne s’ouvrit jamais à elle. Ce jour là, à la remise des prix, elle la revit aux côtés des professeurs, écoutant le long discours du directeur de l’école et de l’adjoint. Tirades longues et ennuyeuses, prônant une fois de plus l’intérêt de la discipline ainsi que du respect des autres et de sois même… Totalement japonais en soit. Plus jeune, elle avait écouté ceux de la primaire. Cependant, elle avait encore du mal avec ces notions, ayant vécut dans des pays étrangers la majorité de son adolescence. Sa passion pour le Japon l’avait d’ailleurs sauvée plus d’une fois. Si elle s’était totalement intégrée au Etats-unis ou bien à la Corée du Sud, elle n’aurait pas mis un point d’honneur sur les valeurs des ainés et des rangs comme le faisait les nippons et ce serait très certainement fait taper sur les doigts. Elle devait d’ailleurs être l’une des seules élèves à écouter attentivement. Non pas seulement parce que c’était une élève modèle, bien que ça en fasse partie bien sûr, mais surtout parce qu’elle voulait retenir toutes ces règles compliquée de respects. Le passage ennuyeux passé, ils sortirent tous, rangés et en rang. Sans brouhaha ni bousculade, typiquement japonais en somme. Lorsque les rayons du soleil couvrir sa peau de nouveau, elle plissa les yeux. La salle était plutôt sombre et le contraste faisait souffrir son pauvre regard. Aveuglée, elle ne vit pas approcher une première année, sa canette de soda en mains et… ce qu’il devait arriver, arriva. En même temps, ce n’était pas une nouvelle expérience pour la brunette, c’était le genre de catastrophes qui la pourchassaient tout le temps. Elle en aurait presque trouvé cela banale… Si son pull n’avait pas été affreusement tâché. Elle n’en avait que deux des comme ça et elle pourrait pas en acheter un de nouveau avant les prochaines vacances… Forte heureusement, l’hiver était passé et le temps se faisait de plus en plus doux… presque torride d’ailleurs. Elle ne l’avait même pas remarqué. En vraie ermite qu’elle était, depuis son arrivée elle n’avait pas jeté un seul coup d’œil au dehors. Bon bon, revenons à la collision à ce vicieux soda qui n’avait réussit qu’à tâcher notre innocente Nao-chan… méchant soda! Oui parce que la jeune fille avait également pour habitude de ne jamais attribuer les fautes aux personnes. Ce n’était la faute que des objets ou bien d’elle-même. En vouloir à quelqu’un? Ce n’était même pas dans son langage. Elle était la naïveté même! Cependant, elle ne put réprimer un hoquet de surprise. Le soleil cachant sa vue, elle n’avait pas même aperçue le nez de son agresseur. Cependant, à sa poitrine, elle avait put en conclure que c’était une fille. Oui parce que les travestis ne courraient pas les couloirs dans ce lycée. Elle allait s’excuser de lui avait rentré dedans ainsi quand une mains lui prit le bras et l’emmena brutalement plus loin. Elle ne compris pas ce qu’il lui arrivait, se laissait trainer, n’aillant pas vraiment le choix. De toute façon elle avait Zouni si c’était une personne malveillante ne? D’ailleurs… il était où Zouni? Aaaaah, elle avait perdu Zouni !!!! Elle regarda autour d’elle paniquée et cria pour que la personne arrête son petit manège. A cause d’elle, son gardian était partit et ils étaient séparés.
Quelle fut sans surprise quand elle se rendit compte que l’agresseur n’était autre que l’infirmière un peu loufoque. Nao ne put s’empêcher d’ouvrir la bouche et d’écarquiller les yeux. Le directeur ne venait t’il pas de faire un speech de deux heures sur le respect d’autrui? Emmener de force quelqu’un n’était t’il pas une violation à se commandement? Pire encore lorsque nous sommes sensés être les plus vertueuses des personnes afin de donner le bonne exemple n’Est-ce pas? Aaah, elle l’avait toujours sut, le vice s’était toujours trouvé dans les veines de cette vilaine femme! Derrière son sourire hypocrite et ses attentions « gentilles » se cachaient une vraie sorcière n’Est-ce pas? Haha, Satsuki Nao viens de vous démasquer madama l’infir… Hein?

    « Passe moi ton pull j’ai dit. »


Elle ne fit qu’hocher la tête, peu sur d’elle et le regard méfiant. Elle finit par le lui tendre tandis que la femme le prit repartit dans son infirmerie dont elle ne sortie plus. Dis minutes, un quart d’heure… Une demi heure! Il lui fallait combien de temps comme ça?! A tous les coups elle était partie pour toujours et ne comptait surtout pas prévenir l’idiote qui attendait patiemment que son professeur lui rende son pull. Bon, ça commençait à faire long et Nao avait dit qu’elle profiterait de cette journée ensoleillée de congé afin de lire un roman à l’eau de rose. L’appel de la lecture étant bien plus fort que son devoir d’élève dévouée, elle partit du couloir désert d’une démarche traînante et nonchalante. Son casque aillant repris sa place originelle, elle se fit un plaisir d’écouter son groupe du moment: MBLAQ. Cinq jeunes hommes plus sexy les uns que les autres qui vous susurres des paroles d’amours et se déshabille à chaque live.. Quoi de mieux pour mettre le petit cœur de la coréenne en émois?! Aaah le beau Joon et ses tablettes finement dessiné, câlinant le petit et mignon Mir. GO et son rap de délinquant qui vous fait kyater… Ah eum, elle s’était laissé divagué et s’était retrouvée sous l’un des cerisier d’un des nombreux arbres du jardin intérieur de l’établissement. Aaah cette fille je vous jure, quand elle se met à rêvasser, on ne peut plus l’arrêter! Elle ne savait pas elle-même comment elle faisait pour se couper du monde ainsi, laissant son corps bouger de lui-même. Et bien, maintenant qu’elle était ici, elle n’avait plus envie d’y partir. Nao et la flémingite aiguë, une grande histoire d’amour. Puis sous cette chaleur harassante, impossible de faire un seul pas, encore moins pour aller chercher son livre. Elle ne fit donc que retrousser ses manches et remettre son casque dans ses oreilles, fermant les yeux de… bien être. Une vraie droguée… Puis BAM. La jeune fille n’entendit ni ne vit rien mais, le sentit bien. Non non, ce n’était pas un tremblement de terre mais, elle avait tout de même put sentir les vibrations du sol. Pas plus inquiète que ça et en aillant déjà oublié la raison de son réveil soudain, elle ouvrit les yeux lentement. Non non, Joon ne t’apparaîtra pas telle une illumination, arrête de rêver ma vieille. Ce n’était pas le bel acteur qui lui apparu mais… Une fille à terre. La brunette eut l’impression qu’elle s’était cassé les cervicales et était morte. Cette vision digne d’un mauvais film d’horreur lui valut un « KYAAH » long, fort, strident et tellement aigu. Vous savez le genre de son qui peut vous rendre sourd pendant plusieurs jours et émit essentiellement pas des femmes. Elle eut un mouvement soudain de recule, la bouche encore ouverte et… ce qui devait arriver arrivé. En reculant la tête brutalement, elle s’était assommée avec le tronc de l’arbre l’idiote. Au bord de l’évanouissement, elle s’arrêta de crier pour se tenir l’arrière de la tête où bientôt une vilaine bosse allait trôner.


    « Itai-tai-tai… »{Aie-aie-aie

Revenir en haut Aller en bas
Shisuka Hihoko
Voyageuse du temps
avatar

Messages : 202
Date d'inscription : 11/08/2010
Age : 26
Localisation : Suisse

Feuille de personnage
Expérience:
0/5000  (0/5000)
Pouvoirs / guardians / armes:
Symbol / Déclencheur de transformation / Transformation:

MessageSujet: Re: Un erreur, presque fatale. [Libre]   Lun 16 Aoû - 15:18

Quelle idiote, je ne pouvais que m'empreindre a moi-même, après une minute ou je restais couchée par terre plusieurs pensées m'ont parcourut l'esprit... Me sentant très ridicule je me mis à rire, un rire nerveux, je leva la tête quelques brins d'herbe étaient collé a mon vissage me donnant l'air encore plus ridicule. Décidée je me leva je poussa sur mes bras jusqu'à que je me puise me relever plus facilement. Je me mit sur les genoux et je passa ma main sur mes vêtements afin d'enlever les brins d'herbe qui s'était collés. Puis j'entendit des murmures:

"Itai-tai-tai... "

J'ouvris les yeux, et près d'un tronc d'arbre la fille sur la quelle j'avais versé mon coca était là en se tenant l'arrière de la tête, vraiment, je fais rien de juste, il n'a suffit que je lui tache son pull et en plus je lui ai fait qu'elle je cogne la tête contre le tronc... Je me mit de bout et j'avançais vers elle. J'étais a quelques centimètres je lui proposais de l'aider a se relever, puis je m'inclina et guise d'excuses et je lui dis:

"Je suis vraiment désolé, j'espère que vous me pardonniez, ma maladresse. Je serais prête a vous laver votre pull en guise d'excuses, encore une fois je suis vraiment désolé."


Je me redressa, se trouvant ainsi face a face avec la fille je la regarda d'haut en bas. Elle est plus grande que moi, la peau claire. Les traits sont facilement distinguables, elle n'est pas japonaise, plutôt coréenne, maintenant du Nord ou du Sud pas manière de savoir par son visuel. Mais quelque chose semblait pas être a sa place... Il était ou son pull? Devrais-je lui demander? Puis un bruit sortait près du cou de la fille. Elle est entrain de maudire? Puis je leva les yeux, mes yeux se posèrent sur une pair d'écouteurs, émerveillé par les écouteurs j'oublia un peu la situation embarrassante dans la quelle j'étais et je reparlais:

Hé mais c'est les nouveaux écouteurs de chez Randac? J'aurais trop aimé les avoir... On dit qu'ils ont une qualité de son merveilleuse, dit c'est vrais tout ça?

T'es vraiment pas possible toi, tu viens de lui verser du coca sur elle et tu lui demande encore pour ses écouteurs... Qu'ai je fait pour avoir une partenaire pareille. - Cette voix douce, mais sévère, provenait un petit chaton qui était tout près de moi. puis il se tourna vers la fille et parla dans un ton d'excuses:
Je suis désolé, ma partenaire est très tête en l'air veuillez la pardonnée. Moi c'est Tora et elle c'est Shisuka Hihoko.

Je me baisa rapidement et j'attrapa le petit chaton qui était tellement mignon puis je rougis légèrement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://entre-nekos-humains.forums-actifs.com/index.htm
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un erreur, presque fatale. [Libre]   Lun 16 Aoû - 17:18






Douleurs insoutenable qui déformait le visage de la jolie Nao. Aaah, mais qu’Est-ce qu’elle pouvait être maladroite parfois. Dans ces moments là, il ne valait mieux pas être dans son entourage, ni même dans sa peau, je vous assure! Combien de bosses s’était t’elle faites en se cognant contre un mur, combien de bleus lorsqu’elle est tombée des escaliers… Non non, je vous jure ce n’était pas une partie de plaisir. Cependant, elle était comme ça, on ne pouvait pas la changer. Un aimant à catastrophe? Je vous l’accorde. Les forces de la nature ne voulaient pas la laisser tranquille non plus, ce n’était pas entièrement de sa faute. Comme aujourd’hui, lorsqu’elle s’est fait renversé du coca sur ses vêtements, la faute ne revenait pas entièrement à elle malgré tout ce que l’on pouvait penser. La personne en face aurait pu plus facilement la voir! Ou bien, le coca aurait pu tomber à côté ou sur son propriétaire… Il y avait toujours un facteur de malchances dans ce genre de situation, elle en faisait toujours les frais. Cependant, gentille (ou idiote) comme elle était, pas une seule fois elle ne s’est plainte, sans doute habitué à tout ce remue-ménage autour d’elle, c’était rentré dans le quotidien de la jeune fille. Elle vous paraîtra donc très étrange parfois, surtout si vous ne la connaissez pas encore. Si un jour elle tombe des escalier, pas besoin de se précipiter pour demander si tout vas bien ou quelque chose du genre! Non non, Nao à tout prévu ! Elle se relèvera normalement et, comme à chaque fois, ira à l’infirmerie pour être sur qu’il n’y est rien, comme ça, sans se plaindre ni rien… un vrai robot. Alors je n’ais qu’une chose a dire petite Shisuka, dans l’art de mettre les gens dans l’embarras, tu viens de trouver ton maître!! Bon, pas sûr que ce soit le genre de choses dont on peut se vanter mais, il faut bien que ça serve à quelque chose. Elle devait d’ailleurs s’estimer heureuse de ne pas avoir trébucher lors du discours de début d’année… C’Est-ce qu’il lui était arrivée. Heureusement pour elle, c’était lors de la sortie et elle était tout à la fin de la queue. Une jambe bouge, l’autre non et… vous connaissez la suite. Ramassage de figure, jupe relevée en laissant entrevoir une petite culotte à fleurs et nez tout rouge parce que, bien évidemment, ses bras n’ont même pas réussis à la retenir. Comme s’ils avaient pris la suite après un dernier « on en a marre de souffrir!! »… Le directeur put… la remarquer dans tous ses avantages et ce fut certainement l’un des moments les plus embarrassant de toute sa scolarité. Non, vraiment, je ne vous conseille pas d’être amie avec cette Satsuki Nao. Un nid un problème, surtout lorsqu’on est nouvelle, ce n’est jamais bon. Je plains déjà ses colocataire qui vont devoirs vivre avec meubles cassés, des cris dans toute la chambre lorsque la jeune fille s’est cognée etc. Aaaah, l’année commençait plutôt bien cette fois, il faut voir le côté positif des choses ne? Puis, il faisait beau, elle allait rencontrer des nouvelles personnes et ce semestre allait peut être se passer beaucoup mieux que le dernier. Oui enfin, pas pour tout le monde. Nao était encore persuadé que la jeune fille était morte sous ses yeux quand elle rouvrit les yeux pour…. La voir debout. Quoi?! On s’était encore joué d’elle? C’était qui cette fois? Shin de la classe 2-C? C’est ça, il devait encore bien se marrer derrière un arbre à les espionner. Mais cette fois-ci, elle ne se fera pas avoir malfrat, elle va partir sans rien dire, tu verras.. Ou pas. De toute évidence, elle n’avait même pas pensé à cette possibilité. Quelle naïve jeune fille! Elle se fera marcher sur les pieds un jour, moi je vous le dit! Elle n’a même pas quelqu’un dans sa classe qui pourrait la défendre… elle est toute seule et bien trop gentille. Enfin, gentille ou complètement idiote. Elle resta d’ailleurs bouche bée devant la scène, ses paupières se refermant rapidement, comme si elle n’avait pas compris. Ce n’est pas une autiste, mais sa réaction s’en rapprochait vraiment. Vous penseriez quoi de quelqu’un qui ne fait qu’ouvrir les bouche et cligner des yeux sans faire un mouvement, vous? Ou c’est un légume ou bien… C’est une autiste. Ce n’était pas le coup sur la tête qui l’avait rendue comme ça (à vrai dire, elle l’a toujours été), c’était le temps que tout se remette en place dans sa tête et qu’elle comprenne la situation. Après tout, elle venait de se faire réveiller brutalement, il ne fallait pas trop lui en demander non plus! Mais, son vis-à-vis, elle, semblait avoir repris le contrôle de la situation, s’approchant de notre énergumène afin de l’aider à se relever. Aide qu’elle accepta volontiers, tout en fermant la bouche et en reprenant contenance. Elle faillit d’ailleurs lui sauter dans les bras quand elle se rendit compte qu’elle n’était pas morte… Alléluia !! Elle n’aurait pas à crier partout que quelqu’un s’est fracassé les cervicales dans le jardin et économiserait à ses parents deux ans de thérapie. Elle est pas belle la vie?

Un grand sourire s’afficha sur ses lèvres, signe qu’elle venait de revenir à elle, se grattant tout de même l’arrière de la tête, la douleur ne s’étant pas réellement estompé. Elle put donc détailler la jeune femme à sa guise. De sa grande taille et de sa morphologie plutôt développée, elle aurait mis sa mains à coupée que c’était une adulte ou une dernière année tout du moins. Ses longs cheveux virevoltant au grès du petit vent qui s’était levée (ou bien était ce juste son imagination un peu trop débordante, lui donnait un air bienveillant. Elle ne put que la trouver belle. C’est sûr, si elle n’avait pas déjà un fan-club, elle en deviendrait l’investigatrice. En à peine deux secondes, elle était tombée sous le charme. Or, sa contemplation fut interrompu par la jeune fille elle-même qui lui faisait des excuses très… respectueuses. Attendez, attendez! Laissez-la se souvenir des règles que venaient de donner l’adjoint… Souligner ce genre de marque sert à montrer son respect envers… Un ainé!! Heee? Mais, comment pouvait-elle être plus jeune qu’elle?! Elle la dépassait déjà de deux têtes et bien que les formes de Nao était déjà développée pour son âge, les siennes l’étaient encore plus!!! Et puis en plus elle s’excusait… Pauvre Satsuki qui ne compris même pas le rapport entre le pull et elle, trop choquée par sa découverte. Pauvres illusions brisées… Elle ne pourra jamais la prendre comme Kohais en l’admirant ainsi ne?
Bon, nous venions de perdre une fois de plus la brunette dans ses pensées délirantes. Elle n’avait fait que tourner la tête sur le côté en signe d’incompréhension. Elle n’avait même pas pensé à éteindre son Ipod, cela s’était passé plutôt vite il faut l’avouer. Elle fut donc étonnée et fit un pas en arrière lorsqu’elle l’a vit s’approcher de trop près. La jeune fille ne put s’empêcher de rougir jusqu’aux oreilles quand elle approcha sa tête. Kyaaah, pourquoi faisait t’elle ça?! Réponse qui vint plutôt rapidement… C’était ses écouteurs qu’elle affectionnait, semblait -il, particulièrement. Casques pour être plus exacte, et cet objet lui avait coûté une petit fortune mais, ne dit-on pas que, lorsqu’on aime on ne compte pas. C’était exactement ce qu’il s’était passé lorsqu’elle l’avait achetée. Et si elle ne les affectionnait pas autant, elle les lui auraient bien donné… Puis, elle était également complètement tétanisée, ses membres ne pouvant plus bouger. A sa question, elle ne put que hocher la tête, les yeux écarquillés. Mais une petite voix la fit sursauter, comme si elle arrivait de nulle part. C’était son gardian? Alors il parlait lui aussi? Pourquoi Zouni ne voulait pas si mettre lui aussi?! C’était le genre de détails qui la frustrait. Elle regarda donc l’animal dubitatif. Il semblait plus lucide encore que sa propriétaire… Coca… Coca?! Alors c’était elle l’inconnue qui lui avait renversé du soda sur le pull !!! Elle venait tout juste de comprendre le lien avec le vêtement dont elle parlait tout à l’heure. Et bien qu’importe, ce n’était pas grave, elle en avait un autre chez elle et l’infirmière semblait s’en occuper à l’instant même. Et puis maintenant c’était le chaton qui s’excusait pour sa propriétaire? Elle en aurait bien rit. C’était tout mignon, elle l’aimait déjà ce chat, bien qu’elle se garda de le montrer, sa timidité maladive l’en empêchant. Cependant, elle retint leurs noms, et réussit à leurs sourire. Il n’était pas question qu’elle fasse une mauvaise impression devant celle qu’elle surnommera désormais, Shisuka-sama. Elle ne manqua d’ailleurs pas de la voir rougir, ce qui l’attendrit d’autant plus. Elle devait à présent faire des efforts pour lui rendre la pareil ne? Allez Nao, tu peux le faire, respire un bon coup et parle sans bégayer! Elle s’inclina légèrement pour la saluer et dit :


    « Enchantée.. M-moi c’est.. Nao. »


Arf, elle ne pouvait pas toujours être au top. Elle lui tendit cependant ses écouteurs, n’aillant pas oubliée la curiosité dont elle avait fait part quelques secondes auparavant. Elle était presque choquée de sa propres initiative.

    « T-tiens… Le son est bon mais… tu n’aimeras peut être pas ce que j’écoute… »






Dernière édition par Satsuki Nao le Ven 20 Aoû - 15:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Shisuka Hihoko
Voyageuse du temps
avatar

Messages : 202
Date d'inscription : 11/08/2010
Age : 26
Localisation : Suisse

Feuille de personnage
Expérience:
0/5000  (0/5000)
Pouvoirs / guardians / armes:
Symbol / Déclencheur de transformation / Transformation:

MessageSujet: Re: Un erreur, presque fatale. [Libre]   Mar 17 Aoû - 10:04

J'entendis mon aîné se présenter, apparemment gênée. Et moi qui croyait que j'allais me faire massacré, sauvée, enfin presque. Nao me tendit les écouteurs alors je mis Tora sur mes épaules et je lui pria de rester tranquille. Je pris alors les écouteurs et je m'approcha un peu plus pour ne pas tiré sur le fil. Puis je mis les écouteurs sur les oreilles et tout de suite la musique me surgit, m'isolant du monde extérieur, la qualité était excellente, il y a pas photo. Après quelques secondes je retira les écouteurs et j'ajouta en regardant Nao:

"Effectivement la qualité est excellente, pour la musique j'avoue que je n'écoute pas ça tous les soirs mais ça me déplais pas, de toute façon j'aime un peu de tout a ce qui touche la musique, tant que ça fasse un peu de bruit."

Je souris a la fille, puis je regarda autour d'elle et je perçu qu'elle était toute seule. Intrigant, les gardiens et nos ont devrait pas être toujours ensemble? Le chaton fit un petit bruit, comme s'il savait ce que je pensais je lui caressa un petit coup puis je repris la parole:

"Je suis désolé, mais tu devrais pas avoir un gardien toi aussi? Car j'ai regardé un peu au tour de nous et il y a rien."

J'étais rouge tomate quand je fini de parler. "Qu'est ce qui m'arrivais? Pourquoi je rougissais comme ça pourtant même devant le jeune Hiro du village je ne rougissais pas, même quand toutes les filles plus vielles disaient qu'il était a cracker, moi je lui trouvais rien de spécial, juste un gamin de 16 ans aux, heu... elles appelait comment ça?... Ah oui "Des plaquettes de chocolat bien définies," pfff... moi aussi j'avais une ou deux tablettes de chocolat à la maison, et personne n'allait en courant et en hurlant a ma fenêtre, comme elles faisait quand il passait..."

Je pris une pause puis je suis devenu écarlate, je m'avais laissé emportée et j'ai parlé a voix haute. Quelle honte, je viens encore de me faire ridiculiser, et pourquoi pas lui avouer la verité, au point qu'on ont est, une information de plus ou de moins, ça devais pas lui changer la vie, et la mienne non plus. Depuis le temps que je le sais pourquoi ça m'étonne? Et pourquoi mon coeur bat si fort? Oh mais quelle abrutie que je suis pourquoi j'ai pas tenu ma langue? je lui ai faillit avouer la vérité sur moi. Et puis on viens de se connaitre c'est surement les émotions de la catastrophe, mais mon coeur bat si fort, ça me fait presque mal.

Le chaton commença à se remuer, comme intriguer lui aussi par mes attitudes un peu étranges. Hihoko regarda la fille en face visiblement gêné, que allait t'elle penser de moi? Sûrement que je suis folle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://entre-nekos-humains.forums-actifs.com/index.htm
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un erreur, presque fatale. [Libre]   Mar 17 Aoû - 18:19






Elle la regarda essayer le casque, intimidé mais, se contenant tout de même. Une sympathie s’était tout de suite installé entre les deux jeunes filles alors il n’y avait pas de peur à avoir ne? Elle attendait son verdict avec une petite pointe d’appréhension, elle n’en savait pas elle-même la véritable raison. Après tout, peut être se fâcherait t’elle si l’inconnue se tourne vers elle et lui dit d’une coup : « ta musique est à chier, ton casque aussi… ». Non, même après ça, Nao ne réussirait pas à se fâcher, elle serait déçu mais, pas fâcher. Pourtant, vous serez d’accords avec moi, ce genre de comportement mériterait une bonne correction comme… un sévices physique? Oui c’est ça, une bonne claque dans la face pour apprendre ce qu’est le respect des ainées! Aaah, simple geste dont elle ne serait jamais capable. Je ne dis pas non plus que c’est une sainte, d’ailleurs elle n’est même pas chrétienne mais, bouddhiste, non c’est juste qu’elle préfère intérioriser toute émotion qui pourrait nuire à autrui. La colère, la jalousie, l’envie, toutes ces émotions elle préférait les taire au fond d’elle. A l’école, personne ne l’avait jamais vu faire quelque chose de déraisonner, ou autre réactions totalement humaine et justificatif de son âge. En faite, à part lire dans son coin ou encore étudier, elle ne faisait pas grand-chose. Bon, fermons cette parenthèse, je crois que je me suis laissée aller. Elle n’avait d’ailleurs pas lieu d’être puisque la réaction en question fut tout ce qu’il y avait de plus positif. Elle se doutait bien que ce n’était pas le genre de choses que tout le monde écoutait régulièrement, après tout c’était assez spécifique et à part sur internet, elle avait dû mal à rencontrer des personnes qui avaient la même passion. Cependant, tout n’était pas perdu, elle avait dit elle-même qu’elle était plutôt ouverte, si elles deviennent amies, elle pourra toujours la convertir… Aaah Nao, arrête de penser comme un gourou! Ce n’est pas une secte que tu veux créer n’Est-ce pas, baka!
Elle lui sourit après ce commentaire. C’est vrai que son casque avec une puissance non négligeable mais, cette conversation, elle l’avait engagé par pure politesse car, elle n’avait rien à dire ou bien se passionnait-elle vraiment pour la musique? Naïve comme elle était, ce n’était pas le genre de questions que Nao se poserait. Dans sa tête c’était évident que Shisuka-sama disait cela parce qu’elle le pensait vraiment. L’esprit de Kistune, par contre, n’était pas de ce genre, au contraire. Elle était même trop méfiante et regardait tous les gens que son hôte rencontrait d’un œil instigateur. De toute manière, même si elle trouvait quelque chose n’allait pas ou qu’une personne avait de mauvaises attentions, elle ne pourrait pas réagir étant donné que sa seule manière de se manifester était lors de la transformation de la brunette. Transformation qu’elle ne contrôlait pas encore totalement et dont elle ne se servait en conséquent que très rarement. On pouvait donc comprendre toute la frustration que rencontrait l’esprit qui, autrefois, pouvait vivre librement tout en changeant d’hôte quand bon lui semblait… Pauvre Kitsune. Toute fois, le jours où elle réussira à prendre possession de Nao, faites attention à vous, sa vengeance sera terrible. Nous n’en sommes pas encore là, heureusement!

Quelques secondes plus tard, sa question l’interpella… Son guardian? C’est vrai qu’elle cherchait Zouni partout à peine une heure auparavant, comment avait t’elle pu l’oublier et laisser cette pauvre bête à son sort?! Aaah quelle mauvais maître faisait t’elle? La pire était sans doute l’insouciance dont elle faisait preuve, persuadée que le petit renard finirait par retrouver son chemin et revenir à elle. Après tout, il était très certainement beaucoup plus intelligent qu’elle, il pourrait retrouver son chemin sans problème n’Est-ce pas? L’école n’était pas immense et cela faisait un an qu’elle le trimballait un peu partout, il pourrait retrouver le dortoir sans problèmes… ne? Oui, pas d’inquiétude à avoir pour Nao, c’était un problème mineur dont elle n’avait plus à se soucier! Elle lui répondit donc, tout en agitant la mains devant son visage en signe qu’il n’y avait pas à s’en faire.


    « Aaah si j’en ai un mais, il est partit en vadrouille je ne sais où… il devrait revenir. »


Aaah, insouciante petite Nao, tu m’étonneras toujours. Peut être avaient t’il fait exprès de lui attribuer un guardian très intelligent et sans doute plus responsable qu’elle, ils étaient complémentaire! La jeune fille avait la force physique et prenait soin de lui, tandis que lui avait la force mentale et la sagesse, à eux deux ils formaient le combo du siècle! … Ou pas. En tout cas, dès qu’elle s’était mise en tête qu’il reviendrait, la question n’était plus là, non. Ce qui l’intriguait bien plus fut le monologue que son vis-à-vis entama, remplissant d’interrogation notre protagoniste. Non pas qu’elle ne comprenait pas encore assez le japonais, non, c’était plus que ses paroles étaient un peu trop… hors contexte pour elle. Un jeune homme… un Hori machin truc? Il avait des plaquettes de chocolats?! Comme Joon à l’évidence!!! Aaah oui, Joon et sont corps de rêves, son torse finement musclé et ses bras d’aciers… Ah heum, Nao tu divague, la question n’est pas là voyons! Le problème c’était son ami qui pensait tout haut, lui dévoilant des pensées sensées être… secrètes? Aaah, elle se sentait embarrassée de devoir lui imposer cela, et si elle ne voulait pas qu’elle entende?! Elle allait être gênée et tout retomberait sur elle, merci Shisuka-sama! Arf, elle ne pouvait pas lui en vouloir, ses pensées, elle les trouvaient toutes mignonnes… de son point de vue. Elle n’allait pas l’en blâmer ou la rendre en plus mal à l’aise, ce n’était pas ses intentions. Elle essaya simplement d’étudier la situation qu’elle avait cité comme elle pouvait. Nao et l’interprétation des sentiments… Elle avait pourtant assez de lucidité pour les analyser d’habitude mais, les conclusions tombaient souvent à côté de la plaque. Elle ne se décourageait pourtant pas, essayant de toujours donner des bons conseils! Mais, la jeune fille était plus une oreille attentive qu’un psychologue. De plus, elle voulait vraiment aider Shizuka, elle semblait si.. Pure.. Aaah Nao, tu divague encore!
Elle posa sa main sur son bras, essayant de capter son regard fuyant et lui sourit de façon bienveillante. Avant de lui donner son avis…


    « Shisuka-san… ce garçon.. Tu en es amoureuse? »


Et bien, pour qu’elle en parle ainsi, c’était la seule conclusion à laquelle elle en était arrivée… Pourtant, elle n’admettait pas n’Est-ce pas, d’après tout ce qu’elle avait dit… Maah, qui sait, peut être son intervention lui ouvrira les yeux sur ses sentiments. Nao, la cupidon des temps moderne, haha!!

Revenir en haut Aller en bas
Shisuka Hihoko
Voyageuse du temps
avatar

Messages : 202
Date d'inscription : 11/08/2010
Age : 26
Localisation : Suisse

Feuille de personnage
Expérience:
0/5000  (0/5000)
Pouvoirs / guardians / armes:
Symbol / Déclencheur de transformation / Transformation:

MessageSujet: Re: Un erreur, presque fatale. [Libre]   Mar 17 Aoû - 23:09

Je écoutais chaque mot prononcer avec une attention hors commun, en tout cas hors commun pour moi. Je regardais tous les gestes venus de la part de Nao, quand même je m'attendais un peu a une réaction, mais depuis un certain moment les gestes de Nao m'inspirais la confiance, comme si Nao n'allait pas la sévir. Puis Nao fit une série de gestes devant elle en disant que il fallait pas s'en faire, et moi qui n'osais pas trop m'éloigner de Tora, j'aimais pas le simple fait qu'on puisent être séparées, et puis ni Tora ni moi, nous ne connaissions rien de cette ville.
Puis je commence a rougir comme pas pareille et j'ai parlé mais quelle idiote au lieu de les laisser pour moi, non je préfère les crier aux quartes vents. Je rougissais a vue d'oeil, comment allait elle réagir? Elle posa ça main sur mon bras, j'arrêta de me poser des questions. Elle me fixa du regard, mes yeux se perdirent dans les siens, puis elle posa une question. Ça douce voix, je ne compris pas la question tout de suite et je me contenter de la fixer. Après une ou deux secondes un petit truc éclata a l'intérieur de ma tête... Quoi? moi? amoureuse de lui? D'un cote ça m'a rassuré de voir que Nao n'avait pas tout a fait comprit mes mots puis d'un autre j'étais indignée moi amoureuse de ce tas de bois? Plat comme un planche et les abdominaux durs comme du bois, bha... l'horreur... je cherchais mes mots un petit moment de pause pour essayer de me contrôler, de plus c'était ma faute si on arrivait là:

"heu... non... non je ne suis pas amoureuse de lui et puis qui aimerait une personne qui les abdominaux si durs une planche de bois? Puis... puis..." - j'hésitais, serais vraiment sensé? Je venais de la connaitre, mais elle semble quelqu'un de bien, elle ne serait jamais capable de raconter des ragots... ou bien ne serai-ce qu'un masque, charmant, je dois l'avouer qui me bouleverse complètement. Je dis ou pas? Arg non, oui? Toujours pas de réponse... et en plus je rougis comme pas deux elle l'a sûrement remarqué - "Heu...Dis, moi toi, tu a déjà été amoureuse?, Les mots me coûtais a sortir, j'étais gênée mais je me sentais bien en ça présence. Peut-être parce que je pouvais sentir la douceur venant de ça part. Certains dignes de gêne étaient visibles comme cacher les mains derrière le dos, une certaine hyper-activité de ma part que j'essaie de retenir, tout cela qui me faisait rappeler une discussion il y a quelques années.

Flash Back:(Hihoko ; Misaki)

Hihoko, tu dois me croire, se que je ressent pour toi c'est pas du n'importe quoi, sérieux!
Mais Misaki tu sais bien que deux filles ne peuvent pas sortir en semble comme petites copines, moi aussi je t'aime mais... mais je suis désolé...

Fin de Flash Back.

Les larmes me virent aux yeux lors de cette pensée... Et puis maintenant les rôles se sont inversées...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://entre-nekos-humains.forums-actifs.com/index.htm
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un erreur, presque fatale. [Libre]   Ven 20 Aoû - 14:56





Nao attendait sa réponse avec une certaine impatience contenue. Elle n’avait jamais été douée pour tout ce qui était relations humaine. Toujours à côté de la plaque, elle se retrouvait régulièrement au milieu de quiproquo plutôt embarrassants. Aaah la pauvre, elle ne connaissait rien à la vie en faite, on ne pouvait pas lui en vouloir. Sa vision des choses étaient différentes car, elle n’avait jamais eu à faire face au difficultés. Ses parents faisaient en sorte qu’elle n’est pas à le découvrir trop vite en la surprotégeant. Sa réalité étant plutôt décalée, personne ne lui avait jamais demandé conseil. A quoi bon après tout, si c’est pour se retrouver avec une recette pour faire des poireaux à la sauce béchamel quand on vous parle d’un problème de cœur, il y a de quoi en dissuader plus d’un. Enfin, depuis son arrivée à l’école, Nao a dut faire face à certains problèmes et dans ce sens, elle a du mûrir rapidement! Elle voulait se prouver à elle-même qu’elle avait grandit et quoi de mieux qu’écouter une personne en péril? Certes, cela ne faisait que quelques minutes que les deux jeunes filles se connaissaient, et alors? La brunette l’avait tout de suite appréciée, dès le premier regard et les premières paroles échangées. Elle avait tout de suite sût qu’elles seraient proches, c’était comme ça. Après tout, c’était l’une des seules personnes avec qui elle parlait sans écorcer tous les mots et la première à qui elle voulait rendre service si ardemment. C’était sûr, elle n’avait pas la lâcher. Pot de colle? Oui un peu, mais qu’avec certaines personne. Avec sa meilleurs amie, il s’était passé la même chose. C’était Hana qui avait fait le premier pas mais, depuis, Nao n’avait plus voulu la lâcher d’une semelle, la suivant partout. Bien sûr, c’était agaçant au début, qui ne serait pas irriter d’avoir une personne toujours derrière votre dos? Mais, rapidement elles sont devenus amies. En réalité, elle se comportait ainsi car, elle se rattachait aux choses qu’elle connaissait lorsqu’elle était dans un environnement qu’elle ne connaissait pas. Pour Shisuka c’était différent, elle était dans un environnement qui commençait à lui être familier… C’était plus un besoin de la protéger qui venait de plus en plus s’insinuer en elle. Après tout, elle était plus jeune qu’elle, c’était son devoir de l’aider… non?

Sa réponse la fit d’ailleurs sourire. Elle n’arrivait pas encore à dire si ses paroles étaient de la mauvaise foie ou non. Après tout, des abdominaux durs n’étaient pas sensés être attirant chez un homme? Nao ne s’y était jamais vraiment intéressée mais, elle se rappelait de certaines de ses camarades qui s’étaient presque évanouies devant le derniers An-an, le chanteur Yamashita Tomohisa y apparaissant presque nus, ses tablettes de chocolats bien en vus… Elle en fit très vite une généralité. Un corps bien battis, c’était attirant! Bon, elle ne savait pas encore ce qu’était réellement l’attirance, n’aillant jamais vraiment ressentit quelque chose s’y apparentant mais, elle mettait cela sur le compte de son inexpérience dans les relations. Un vrai droide! Bon, on ne va pas lui en vouloir, c’Est-ce qui fait toute son innocence n’Est-ce pas? Perdue dans ses pensées, elle venait de remarquer que la jeune fille rougissait. Elle sourit de plus belle, attendrie. Pourquoi? Elle n’en avait aucune idée mais, elle trouvait sa gêne juste trop mignonne! C’Est-ce qui la faisait sourire.. Ne? Néanmoins, elle se demanda pourquoi elle était ainsi. Était ce le fait qu’elle parle de ce jeune homme? Elle cru tout de même avoir sa réponse en l’entendant de nouveau parler. Alors c’était juste parce que sa question était un peu embarrassante? *Aaaah Shisuka-sama est juste adorable!* C’était sûr, à l’école tout le monde allait l’adorer! Enfin, un sentiments de jalousie la pris à cette pensée. C’était elle qui l’avait connue en première, elle était donc privilégiée..! Elle en oublia presque de répondre. Tomber amoureuse? Arf, elle avait lu pleins de choses comme cela dans les shojo mais, jamais quelque chose s’était rapporté à ça dans sa vie. Aucun beau garçon n’était venu toquer à sa porte et n’avait gardé son cœur ou ne lui avait fait ressentir quelque chose de spécial. Elle était indifférentes à beaucoup de monde alors! Elle prit néanmoins le temps de réfléchir mais, rien ne lui vint à l’esprit. Elle répondit donc dans une moue innocente :


    « Hum… non jamais. Mais j’aimerais bien savoir ce que cela fait… »


C’est vrai, elles ont toutes l’air heureuse dans les shojos! Puis dans les Yaoi, ils finissent toujours heureux aussi… Aah, ça devait être excitant d’avoir le cœur qui bat plus rapidement à la vue de quelqu’un. Vouloir la serrer fort contre soit, la voir heureuse et la protéger d’un malheur quelconque. Oui voilà, c’était ça être amoureuse non? Tout donner pour la personne aimer… Seulement, alors qu’elle la regardait fixement, elle remarqua l’état dans lequel se trouvait de plus en plus son homologue. Ses yeux s’étaient embués et l’expression de son visage reflétaient la tristesse. Qu’Est-ce qu’il s’était passé?! C’était de sa faute, elle avait dit quelque chose de déplacé?! La voir ainsi lui fendait le cœur et tout ce dont elle avait envie, c’était sécher ces larmes de ses doigts. Elle n’avait vraiment aucune idée de la source de ce chagrin et c’Est-ce qui la paniquait le plus. Est-ce que c’était de sa faute? Par pulsion ou très forte envie, qu’importe, elle tendit le bras vers elle et finit par la prendre contre elle, la blottissant dans ses bras. La jeune fille posa sa tête contre la sienne et caressa ses cheveux comme pour la calmer. Cette tristesse, elle n’en voulait pas sur son visage, la gêne lui allait bien mieux! Une de ses mains caressait son dos dans un mouvement redondant. Mais malgré tout, sa curiosité était piquée au vif.

    « … Qu’Est-ce qu’il y a? »

Revenir en haut Aller en bas
Shisuka Hihoko
Voyageuse du temps
avatar

Messages : 202
Date d'inscription : 11/08/2010
Age : 26
Localisation : Suisse

Feuille de personnage
Expérience:
0/5000  (0/5000)
Pouvoirs / guardians / armes:
Symbol / Déclencheur de transformation / Transformation:

MessageSujet: Re: Un erreur, presque fatale. [Libre]   Ven 20 Aoû - 17:59

Les larmes coulaient doucement sur mon vissage, plusieurs choses me passaient par la tête. Puis cette image d'enfance restait toujours dans ma tête Misaki en pleurs et moi qui fuyais lâchement, les larmes tombant lourdement sur le sol, puis cette douleur, comme si on me serrait trop l'air me manquait... Puis Nao me pris dans ses bras et pour me réconforter me caressa les cheveux pendant que elle faisait un mouvement circulaire dans le dos. Ma tête était posé contre la sienne, mon coeur battait de plus en plus fort j'enlevant a chaque fois plus d'air. Puis Nao parla...

« … Qu’Est-ce qu’il y a? »

Je voulais lui répondre que ce n'était rien, que elle ni était pour rien mais les mots ne sortaient je me limitais a ouvrir et a fermer la bouche comme un poison qui cherche a manger. Abattue par ces tentatives désespérées pour émettre un seul son je m'agrippa encore plus fortement a Nao, pleurant pendant ce qui me paru une éternité, Nao continua a passer ça main sur mon et l'effet commençais a se faire voir, je commençais a respirer un peu plus normalement et j'arrêta gentiment de pleurer. Je m'étais calmée je faisais un effort pour respirer profondément quand je me senti suffisamment calme pour réussir a parler je lui répondit, toujours agrippé a elle:

C'est... c'est rien, de trè...très important, c'est... c'est que... Ma voix tremblait, j'avais peur? en quelques moment ce qui était un moment des plus gênant de son début de scolarité c'était transformé dans un moment de pleurs et de crainte.
Que... je... je... Les mots me fuyaient j'étais pas capable d'aligner deux phases, peut-être que c'était moi mais Nao me plaisait bien, puis au pire elle dirait non. On pourrait tout de même être amies... Nao? - commençais-je en sanglotant légèrement- Que... qu'est que tu pense quand tu... quand... puis ma voix s'éteint a nouveau, j'avais pas de force pour lui demander, mais pourquoi. Quelques larmes vinèrent se perler dans le coin des yeux. je tremblais, même s'il faisait presque quarante degrés je tremblais comme une feuille verte. J'essayais de me concentrer il fallait que je lui demande. Sinon je vivrais dans un angoisse constante, encore une fois je respira profondément et j'articula très lentement:Nao, je sais qu'on vient de se rencontrer mais,... mais, je... je t'aime... Je n'étais plus sûre de moi, et si je venais de faire une grosse erreur? Et si elle n'aimait pas du tout les personnes comme moi? Elle pouvait me prouver répugnante du fait que j'aime quelqu'un du même sexe, mais si elle est comme ça... je souhaite même pas a penser a cette hypothèse. Je chercha la regarder dans les yeux, je voulais savoir si elle disait était la même chose que ce qu'elle ressentait. C'était a peine le début de l'après-midi et moi j'étais déjà exténuée.

A côté de moi Tora nous regardait complètement perdue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://entre-nekos-humains.forums-actifs.com/index.htm
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un erreur, presque fatale. [Libre]   Ven 20 Aoû - 22:02






Elle la serra fort contre elle, comme si ce simple fait aurait pu pousser la douleur qu’elle devait ressentir à s’atténuer. Elle ne savait pas pourquoi elle faisait aussi attention à une personne qu’elle connaissait à peine. Son tempérament peut être. Après tout c’est une jeune fille gentille et attentionnée, même une personne qui lui paraîtrait plutôt malveillante, elle n’hésiterait pas à l’aider si le besoin s’en faisait sentir. Mais, il y avait autre chose, comme si sa personnalité appelait la sienne et qu’au fond, elles étaient faites pour s’entendre. C’était quelque chose du genre… un sentiment qui ne s’explique pas. Son cœur battit encore plus vite lorsqu’elle la sentit s’agripper à elle, leurs deux corps étroitement liés. Elle ne s’en rendit pas compte, effectuant encore un mouvement sensé apaiser ses pleurs. Elle avait été étonnée dans un premier temps que la jeune femme lui fasse assez confiance pour se laisser aller dans ses bras ainsi, pour lui montrer ses émotions les plus intimes. Mais leurs relation était bien assez étrange pour qu’elle se pose de telles questions n’Est-ce pas? Car, les questions comme : Pourquoi Nao lui prête elle autant d’attention ou bien pourquoi son état l’affecte tant serait de mise. C’était comme si elles avaient toujours été étroitement liés et leurs rencontre s’était faite naturellement. L’impression qu’elles étaient toutes les deux faites pour s’entendre s’intensifiait de plus en plus. Alors, si c’était le destin qui l’avait voulu, elle n’avait pas à se poser de questions ne? C’était comme ça, point. Il n’y avait pas de raison de chercher une explication rationnel à tout cela. Heureusement d’ailleurs car, Nao qui n’avait pas l’habitude de réfléchir intensément y aurait cramé son cerveau, pour sûr! Pauvre petite chose, elle n’avait aucune idée de ce qui se tramait en réalité, elle voyait cela de ses petits yeux innocent, interprétant tout cela à sa manière et remettant tous ses actes sur le dos du destin. L’insouciance caractérisait bien son état d’esprit. Elle faisait ce dont elle avait envie, sans se soucier de la bienséance ou encore des conséquences, parce qu’au fond c’était une grande enfant qui n’avait jamais eu à faire face à cela. Alors quand elle l’avait vu pleurer, elle l’avait prise dans ses bras sans réfléchir plus que ça.
Les larmes qui reprenaient de plus belle l’inquiéta. Elle était vraiment triste ne? Quelque chose avait dû se passer… Elle espérait que personne ne lui avait fait du mal. Aaah l’injustice, horrible chose que la jeune femme s’était jurée de combattre. Les gens devaient être égaux et savoir vivre ensemble sans se faire du mal non? Vous aussi vous pensez que c’était une utopie? Et bien pour Nao, ça ne l’était pas! C’était quelque chose de réalisable à condition que tout le monde le veuille. Elle se sentait donc touchée par tout cela. Il fallait tout de même que la jeune fille fasse preuve de maturité dans cette histoire et qu’elle ne montre pas ouvertement qu’elle était à la limite de la panique. Elle continua donc à l’apaiser, comme une grande sœur le ferait, le serrant un peu plus encore contre elle. Lorsqu’elle essaya de nouveau de parler, son cœur vacilla. La voir presque affaiblie et peu sûr d’elle lui fit de la peine, elle ne broncha cependant pas, lui offrant une oreille attentive et aguerrie. On pouvait tout lui dire ne? Elle attendit patiemment qu’elle réussisse à formuler correctement ses phrases. Cela ne lui empêcha pas de ses faire des films tout de même. Qu’Est-ce qui pouvait ne pas être très important et la mettre dans cet état? Un oiseau mort? Maaah… elle ne s’appelait pas Nao.. Hum, une injustice? Oui, c’ était peut être ça! Elle devait être bouleversée par quelque chose dont elle avait été spectatrice… Cependant, elle ne finit pas sa phrase, laissant la brunette dans le flou. Elle devait faire preuve de patience pour en pas la brusquer ne? Lui laisser dire ce qu’elle avait sur le cœur sans l’interrompre, c’Est-ce qu’elle s’efforçait de faire. Or, cela arriva plus vite qu’elle ne l’aurait pensée, laissant un blanc dans son esprit…. Que voulait-elle dire par aimer? Hum, il y avait plusieurs sens ne? Est-ce que cela avec un rapport avec sa question de tout à l’heure? Elle fut un peu embrouillée pendant quelques secondes, étant persuadée d’avoir mal compris. Néanmoins, chose concrète, lorsqu’elle l’avait entendue se déclarer, son cœur s’était accéléré et ses joues s’étaient empourprées. Pourquoi ignorer ces faits? Et bien, sans doute parce qu’elle n’arrivait pas à les interpréter correctement. Elle ne savait pas ce que cela signifiait… Nao reprit donc très vite le contrôle d’elle-même, lui souriant de façon bienveillante une fois de plus alors qu’elle s’écartait un peu d’elle afin de la regarder. Elle lui caressa une fois de plus les cheveux avant de passer une mains sur sa joue.


    «  Je te comprends, moi aussi je t’aime beaucoup! »


Raaah, elle n’avait vraiment rien compris… Elle était persuadée que la jeune fille devant elle lui faisait une sorte de déclaration d’amitié. Maah, elle ne savait pas qu’on pouvait avoir des sentiments comme ceux-ci envers une personne du même sexe. Par conséquent, elle ne trouvait pas ça révulsant ou contre nature, elle n’avait jamais été vraiment confronté à cela. Dans les mangas, elle trouvait même cela mignon, alors pourquoi pas… Non, vraiment elle ne comprenait pas grand-chose à ce qu’il se passait ni la raison pour laquelle Shisuka s’était mise dans un état pareil. Elle effaça donc ses larmes de ses pouces et se pencha vers elle afin de lui déposer un baiser sur sa joue, effaçant ainsi les traces de ces gouttes salées avait déposés sur leurs passage. Elle voulait apaiser ses maux sans savoir qu’elle en était instigatrice…

Revenir en haut Aller en bas
Shisuka Hihoko
Voyageuse du temps
avatar

Messages : 202
Date d'inscription : 11/08/2010
Age : 26
Localisation : Suisse

Feuille de personnage
Expérience:
0/5000  (0/5000)
Pouvoirs / guardians / armes:
Symbol / Déclencheur de transformation / Transformation:

MessageSujet: Re: Un erreur, presque fatale. [Libre]   Sam 21 Aoû - 17:40

J'étais a quelques centimètres de Nao, quand j'eus fini de parler j'entendis le coeur de Nao battre, a une grande allure, cela m'apaisais, me réconfortais, au fond d'elle je savais maintenant qu'elle n'étais pas complètement insensible a ma question. J'essayais d'esquisser un sourire, mais ce fut bien faible et le résultat ne fut que très léger. Je fixais Nao, quand elle me dit doucement et en souriant qu'elle m'aimait, et surtout qu'elle me comprenait! Je ressentis ça main dans ma joue la sensation était merveilleuse, la douceur de ça peau qui passait légèrement sur ma joue, j'avais trouvé quelqu'un qui me comprend une petite flamme s'est allumé dans mon esprit, c'était plus que réconfortant, puis je regarda a nouveau Nao et au même moment et passa ses pousses pour séchés quelques larmes qui coulaient dans mes joues, puis comme une confirmation a ce que Nao venait de dire elle déposa un doux baiser dans la joue je lui souriais faiblement et bêtement. Quelque chose dans son baiser me fit douter, Nao est innocente, a t'elle comprit le sens que j'avais donné au mot aimer? C'était peut-être un détail mais, elle a l'air si douce, si naïve, pas que je lui rapproche quelque chose mais le fait que deux personnes du même sexe puissent s'aimer ne lui a pas trop surpris, les réactions furent minimes...
Je balaya ces idées de ma tête j'étais si contente qu'elle me comprenne que j'ai pas voulu mettre en doute ça réponse. Je restais en silence un moment après qu'elle m'aie embrassé puis je lui balbutia:

"Tu... t'es sure... de ce que... tu as dit? Du sens du verbe aimer?"

Arg c'était pas ça que je voulais dire, quelle idiote je me suis encore emmêlé les pinceaux, L'erreur commencée mieux vaut aller jusqu'au bout:

Car... moi, je voulais dire... que je t'aime dans le sens d'être amoureuse de toi, pas comme des simples amies.

Je craignais un peu la réponse, et si elle n'aurais pas apprécié cette incertitude de ma part? Toujours si près d'elle que j'entendais son coeur battre, et puis elle avait cet air si magnifique, capable de m'ensorceler. Je serais jamais fatiguée de la voir, c'est une beauté indescriptible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://entre-nekos-humains.forums-actifs.com/index.htm
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un erreur, presque fatale. [Libre]   Dim 22 Aoû - 17:36






Aaaah, logique imparable dont faisait toujours preuve Nao-chan. Bon, je ne vais pas la dénigrer une fois de plus, c’est simplement que régulièrement, elle avait du mal à comprendre les gens. Ce qu’ils lui voulaient, leurs attentions et souvent même, ce qu’ils lui disaient. Pourtant, je vous assure qu’ils parlaient la même langue qu’elle! On ne peut d’ailleurs pas mettre la faute sur son mauvais japonais, c’est sa langue maternelle ! Bon certes, elle avait eut du mal à s’habituer de nouveau à la façon de parler des natifs nippon mais, ce n’est pas une raison, un étranger qui n’y connait rien pourrait mieux comprendre certaines situations beaucoup mieux qu’elle. Non non, ça n’a rien avoir vraiment. C’est quelque chose qui arrive souvent aux personnes distraites n’Est-ce pas? La brunette est la championne de cette catégorie. Pour elle, tout est flou et déformé, elle fait donc de son mieux pour être sur la même longueur d’onde que ses interlocuteurs mais, ce n’était pas simple. Toutefois, elle était persuadé qu’ici, Shisuka parlait d’un amour totalement fraternel. Après tout, qu’Est-ce que cela pouvait être d’autre? La fille toute mignonne qu’elle tenait dans ses bras ne pouvait qu’aimer dans ce sens n’Est-ce pas? Enfin, dans les mangas c’était tout le temps comme cela… non? Le genre de Shisuka-sama était plutôt de donner son amour à toute personne gentilles avec elle, être un peu naïve et conquérir le cœur de toutes les personnes avec qui elle est proche ou non, oui voilà son genre! Enfin bon, ça c’était dans l’imagination farfelue de la jeune fille, toujours à se faire des films. Elle idolâtrait peut être un peu trop sa Kohai, certainement d’ailleurs. Alors, elle ne pouvait être plus sûr de ses propos qu’à ce moment même… Jusqu’à ce que la jeune fille en question remette tout en question. Face à ses propos, elle tourna légèrement la tête en signe d’incompréhension. Le verbe aimer? Bien sûr qu’elle le comprenait ! Elle n’était pas bête non plus. Elle savait même le conjuguer tiens ! J’aime, tu aimes, il aime, nous aimons, vous aimez, ils aiment… Voilà, dans tes dents (ok ok, je sors… =_=). Enfin bon, cela ne lui empêcha pas de se poser des questions. Y avait t’il un autre sens à ses mots? Elle était un peu embrouillée. Allez Hihoko, un peu d’éclaircissement pour la pauvre petite? Oui parce que là, elle allait bientôt se faire de nouveau des films. Comme quoi le verbe aimer n’était plus « ai » et qu’en réalité ça voulait dire détester et que son interlocutrice se sentait mal à l’aise car, enfaite elle ne l’apprécie pas et au final, elle la frappera au visage et partira… Arf, oui vraiment, en l’espace de quelques secondes, tout pouvait se passer dans la tête de Nao. Mais, son cœur se serra tout de même à l’idée que de la jeune fille puisse lui échapper, qu’elles ne se reparle plus jamais. La rencontre avait été brève et pourtant, sa présence devenait addictive de minutes en minutes…. Aaah, qu’Est-ce que tu as fait de Nao petite?
Puis, la réponse à toutes ses questions arriva… et de nouveau un blanc se fit dans la tête de la jeune fille. Gros bug général, autant dans son cerveaux que dans tout son corps. Elle ne réagit pas du tout pendant quelques secondes… Cherchant l’erreur.


    « Ah-ah?» 


Quand elle comprit enfin, son cœur battit soudainement plus vite, cognant fortement contre sa cage thoracique. C’était la première fois que quelqu’un lui faisait une déclaration. Son visage étaient devenu rouge en un temps records et elle pouvait à présent concurrencer les tomates. Des flash dans sa tête se firent alors… Du Yuri. En même temps, c’était la seule référence qu’elle avait. Et bien Nao, tu viens tout juste d’apprendre quelque chose, ce genre de relation entre filles n’existent pas que dans les mangas. Elle n’en fut pas le moins du monde offusquée, au contraire, elle avait une forte envie de la prendre dans ses bras et de kyatter « Kawai, Kawai » à tout vas. Avant de se retenir en se souvenant que c’était d’elle-même que la jeune fille était amoureuse (oui, elle avait omis ce petit détails). Normalement, lors de ces déclarations, l’autre partie décide si il veut commencer une relation ou pas… non? Arf, elle ne se rappelait plus. Elle savait juste que certaines fois dans les dramas, l’autre personnes n’a pas les même sentiments et cela brise le cœur des héroïnes (méchants personnages!). Elle ne voulait pas que cela arrive à la jeune fille, elle aimait trop la voir toute gêné que triste. Non, vraiment, il fallait qu’elle trouve une solution rapidement. Nao ne connaissait pas encore ses sentiments envers son homologue, elle n’y avait même pas pensée, réfléchissant d’abord à Hihoko. En même temps, il était peut être un peu tôt pour avouer ce genre d’attirance, c’est pour cette raison qu’elle préférait fermer les yeux…. Or, le fait qu’elle ne veuille pas perdre la jeune fille avec autant d’acharnement montrait bien à quel point ses sentiments étaient plus poussés… Enfin bon, elle s’en rendra compte à son rythme, la pauvre, il ne fallait pas non plus la brusquée… Bon, maintenant, qu’Est-ce qu’elle devait faire… Elle rechercha dans tous ce qu’elle connaissait des relations amoureuses pour trouver la bonne solution. Etonnement venant de sa part, elle trouva tout de suite de qu’il fallait faire, comme si au fond, elle l’avait toujours sût. Ce qui ne l’empêcha pas d’être très gênée. Elle mit ses mains sur ses joues comme pour les rafraichir. Il faut dire qu’elle avait très chaud tout d’une coup. Non timidité maladive, ce n’est pas le moment de revenir !! *Allez petite Nao, prends ton courage à deux mains et dit lui!*

    « Anoo… Enfaite, je… ne sais pas vraiment si je partage tes sentiments m-mais… On peut essayer… »


Ces mots avaient été presque murmurer… En réalité, elle voulait bien commencer une relation amoureuse avec elle, c’était ça sa solution. Elle se demandait si des sentiments finiraient par apparaître… qui sait? Elle ne s’y connaissait vraiment pas et avait peur de faire des bêtises mais, elle comptait sur le soutient de Shisuka pour l’aider. Sans s’en rendre compte, elle était devenue soudainement excitée à l’idée de pouvoir passer du temps avec elle, un nœud se formant dans son estomacs. Alors qu’elle regardait ailleurs, un petit sourire avait finit par faire son apparition sur son visage… Un sourire timide.

Revenir en haut Aller en bas
Shisuka Hihoko
Voyageuse du temps
avatar

Messages : 202
Date d'inscription : 11/08/2010
Age : 26
Localisation : Suisse

Feuille de personnage
Expérience:
0/5000  (0/5000)
Pouvoirs / guardians / armes:
Symbol / Déclencheur de transformation / Transformation:

MessageSujet: Re: Un erreur, presque fatale. [Libre]   Lun 23 Aoû - 13:38

Je soutenais encore le regard se Nao pendant les quelques secondes qui suivirent ma question un silence terrible était présent. J'angoissais, je voulais casser ce silence froid et angoissant quand Nao parla, enfin exprima une certaine hésitation. J'avala la salive, j'attendais la réponse plus que tout au monde... Quelques secondes se suivirent, puis Nao devint rouge, rouge tomate, une successions de gestes de la part de Nao me firent poser quelques doutes. Les yeux de Nao se fermèrent et elle posa ses mains sur ses joues et dit a voix basse:

« Anoo… Enfaite, je… ne sais pas vraiment si je partage tes sentiments m-mais… On peut essayer… »

Au début de ces mots là mon coeur rata un battement, je la fixais quand je compris la suite de ses mots. J'étais partagée entre la tristesse et la joie. La joie qu'elle lui aie pas froidement et impitoyablement dit non, mais un brin de tristesse était présent, j'avais encore fait un pas plus grand que ma jambe. J'osais pas trop parler, mais il le fallait bien, je pouvais pas rester comme ça sans rien dire, alors j'ajouta d'une voix faible, sans vraiment être triste mais pas non plus joyeuse:

"Je suis désolée, j'aurais pas du dire ça..."

Puis je lacha Nao, et j'attendit un petit moment dans le silence puis je repris parole:

"Mais comme tu l'as dit on pourra voir ça quand on sera un peu plus proches... n'est pas?"

J'esquissa un faible sourire à la fin de ces mots, J'essuya mes larmes avec un mouchoir que j'avais dans la poche, puis en essayant de sembler plus joyeuse, essayant de changer de sujet, je lui dit:

Sinon, toi t'aime faire quoi? Moi, j'aime faire les boutiques, ça te tente une sortie en ville pour je refaire la garde-robe?

Un soupire ce fit entendre derrière moi, je me tourna pour voir de qui ça pouvait bien venir quand mes yeux se posèrent sur Tora, le petit chaton rose qui me servait de gardien. Je l'avais légèrement mi a côté et puis ça ne fait que une demi journée que je l'aie reçue, on aura largement le temps de se connaitre, a commencer par demain, notre premier cours de Lien.
Ça trop de gêne je la pris dans mes bras et je lui caressa la tête en guise d'excuse... puis je regarda Nao, toujours en attente de sa réponse et de ça réaction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://entre-nekos-humains.forums-actifs.com/index.htm
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un erreur, presque fatale. [Libre]   Ven 27 Aoû - 21:58






Pour quelqu’un qui ne ressentait généralement que de l’indifférence face à ce qu’il se passait autour d’elle, le déchainement de sentiment qui se produisait à l’intérieur d’elle… C’était un peu trop. Ce qui lui valu une tête plutôt déboussolée. Elle se rendait compte, lentement mais surement de ce qu’il se passait à l’instant même. Le trouble la prenant alors et la question récurrent dans tout ce grabuge était certainement : mais que devait t’elle faire? Certainement pas fuir. Premièrement, c’était lâche et Nao était tout sauf ça et deuxièmement, elle n’en avait aucune envie. Shisuka ne semblait pas être un monstre, elle n’allait pas la manger ou quoi que ce soit d’autres, elle avait le droit à un peu d’honnêteté non mais oh! Puis, elle sentait au fond d’elle que partir maintenant serait un erreur, intuition féminine en quelque sorte. Se jeter à son cou? Maah.. Ce n’était pas vraiment une bonne idée. Elle risquerait certainement de se faire mal l’idiote et en plus de ça, elle se ferait certainement jeter… Raah et pour enlever ce genre de traumatisme, merci la psychanalyse! Puis, pourquoi ferait t’elle ça? Pour l’empêcher de réfléchir? C’est vrai que ce serait peut être la solution à tout ses maux. Ah non non non, elle avait l’impression d’être une perverse en pensant ainsi, non mais ! Hum… Ou bien, elle réagissait comme Satsuki Nao en temps normal le ferait, c’est-à-dire totalement hors de contexte, un peu à l’Ouest et très innocemment. La Nao-attitude quoi! Pourquoi se prendre la tête avec des choses futiles hein?! Prenez la vie comme elle vient et souciez vous des conséquences plus tard, faites comme elle ! Bon, les gamins de cinq ans pouvaient se permettre de penser ainsi plus facilement qu’une adolescente de seize ans mais, qu’importe. Ils étaient encore jeunes et n’avaient pas de responsabilités, faires des erreurs ça apprends la vie, n’Est-ce pas ce qu’on dit souvent?
Des sentiments profonds? Elle ne savait pas si elle en avait vraiment, ou même si elle en aurait un jour mais, ce dont elle était certaines, c’était que la présence de la jeune fille l’apaisait beaucoup et ça, elle ne voulait pas s’en passer. Alors elle resterait à ses côtés et essayerai de répondre à ses sentiments aussi loin qu’elle le pourrait. Ma foie, si elle n’y arrive pas, c’était la vie et elles s’en remettraient. Mais passer à côté d’une belle relation? Ça jamais! Nao avait retrouvée sa bonne humeur et ses idées étaient de nouveau beaucoup plus claires. Shizuka semblait du même avis et elle lui sourit enthousiaste. Oui, elles allaient en passer du temps ensemble, tu peux me croire, même que notre maladroite préférée sera un vrai peau de colle ! C’est dur au début mais, ne t’inquiète pas, on s’y habitue assez rapidement. Elle n’est pas envahissante, elle est juste.. Comment dire… très présente. Et si la première année réussissait à la supporter, et bien le défis sera relevé. Et comme si elles s’étaient comprises toutes les deux, son homologue changea de sujet, histoire de relancer la conversation. Initiative que Nao appréciait. Après tout, elles n’allaient pas se regarder dans le blancs des yeux pendant des heures ne? Il fallait qu’elles apprenne un peu à ses connaître, cela ne faisait que quelques minutes qu’elles se connaissaient et même si un lien fort semblait d’or et déjà s’être créée, elles n’en restaient pas moins deux inconnus. Cependant, sa question laissa l’ainée perplexe… Ce qu’elle aimait? Tellement de choses et au fond si peu… Comment répondre à cette question? Puis, faire les boutique, elle était plus que pour ! Elle aimait beaucoup ce genre de sorties entre filles où on se conseille les unes les autres sur le style du moment, le rouge à lèvres qui nous va le mieux et encore d’autres choses.. Puis, ce sera également comme si elle sortait avec son petit ami… en quelques sorte… un peu. Elle rougit à cette simple pensée et la balaya. Elle rêvait de pouvoir faire ce genre de choses. Elle essaya donc tant bien que mal de répondre à sa première question, faisant d’abord un tri dans toutes ses occupations :


    « Hum… J’aime la musique, la couture, la cuisine et… dessiner aussi. »


Elle regardait en l’air tandis qu’elle le disait, comptant également sur ses doigts avec une expression de concentration intense peinte sur son visage. Et lorsque ce fut fait, elle la regarda de nouveau et lui sourit, sur d’elle et toute éxcitée.

    «  Et j’aime beaucoup faire les boutiques, j’aimerais beaucoup faire une sortie avec toi ! »


Une vraie gamine. En tout cas, elle se plaça derrière la jeune fille et la poussa de ses deux mains afin de la faire avancer.

    « Allez let’s go ! Les articles bradé ne nous attendrons pas! »


Revenir en haut Aller en bas
Shisuka Hihoko
Voyageuse du temps
avatar

Messages : 202
Date d'inscription : 11/08/2010
Age : 26
Localisation : Suisse

Feuille de personnage
Expérience:
0/5000  (0/5000)
Pouvoirs / guardians / armes:
Symbol / Déclencheur de transformation / Transformation:

MessageSujet: Re: Un erreur, presque fatale. [Libre]   Lun 30 Aoû - 9:51

Je continuais a caresser Tora machinalement, pendant que je me perdais dans certaines pensées qui étaient très étranges, pour un premier jour il y avait eu beaucoup d'informations, pression et surtout c'était une rentrée de fous, j'étais tout bonnement épuisée. Et pourtant ça faisant une dizaine de minutes, que je me tenais là début devant une fille, tout a fait charmante, au sourire radieux, et a la charisme captivante. Je fus vite rappelé sur terre quand cette jeune fille parla, Nao était son nom, un nom si charmant, si... Bon peu importe, j'écoutais attentivement ça réponse:

« Hum… J’aime la musique, la couture, la cuisine et… dessiner aussi. »

Bon, la musique j'aurais pu le deviné, c'était pas n'importe qui qui aurait acheté le casque donc elle était en possession. La couture... C'est pas le truc où on doit faire passer le truc-ci par ce machin-là pour obtenir cette chose? Heu... attend, c'est pas je crois, bon question couture je sais mais pas qu'es que c'est alors en faire, n'essayons pas ça peut devenir quelque chose de très, trèèès dure à me faire faire. La cuisine, ah ça je sais qu'es que c'est, même que j'en sais faire quelques petits plats, des boules de Berlin, Mil feuilles, des gâteaux au chocolats, n'en parlons pas, mais le mieux est de les manger. Tien un jour ou un autre je devrais faire plus ample connaissance avec les cuisiner de l'école, peut-être qu'il me laissera faire un gâteau. Après une rapide analyse des diverses choses je parla, d'une voix joyeuse:

"Ça c'est cool on a des choses en commun. Moi aussi j'aime la musique et la cuisine, pour ce qui est de la couture, j'avoue n'avoir pas fait beaucoup, je sais vraiment rien. Mais bon, personne est parfaite..."

Après cette courte réponse je lui souris et j'écouta la réponse a la question qui suivait, fantastique on pourra faire les boutiques ensembles, c'es toujours mieux d'être accompagné pour les boutiques que toute seule puis une critique c'est toujours bien.

Je commençais a planifier la semaine afin de trouver un jour de la semaine ou je serais libre pour aller en ville avec Nao quand cette dernière se mit derrière moi et me poussa il me disant pour que je me dépêche. Elle me traina comme ça pendant un mètre ou deux quand je repris sens a ses mots et je lui dit:

Hum... Nao attend, je dois prendre mon porte-monnaie. Tu monte toi aussi dans les dortoirs?

Sur ses mots j'avançais vers la porte puis et se retourna et attendit la réponse de la par de Nao.


[HRP: Désolé d'avoir prit autant de temps.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://entre-nekos-humains.forums-actifs.com/index.htm
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un erreur, presque fatale. [Libre]   Mar 31 Aoû - 19:06

"Ça c'est cool on a des choses en commun. Moi aussi j'aime la musique et la cuisine, pour ce qui est de la couture, j'avoue n'avoir pas fait beaucoup, je sais vraiment rien. Mais bon, personne est parfaite..."

Des choses en communs? Aaah, c'était bon signe non? Au moins, si elles sont à court de sujet de conversations, elles pourront toujours parler de cuisine et de musique... Bien que le sujet "musique" soit plutôt vaste ne? Il y a pleins de type et de catégories dans lesquels on peut classer les artistes ainsi que leurs fans alors... Deux férues de musiques ne sont pas obligés de s'entendre n'est ce pas. Si par exemple une personne préfère le rnb, alors que la deuxième est plutôt hard metal etc... ça risque de ne pas coller ne? Les deux univers étant beaucoup trop différents... Maaah, il faut avoir l'esprit ouvert aussi les gens! Et Nao ne doutait pas que sa colocataire avait l'esprit très ouvert alors ça allait. Peut être pourrait-elle lui faire découvrir de nouveaux horizons hum? Aaaaaah, une potentielle nouvelle adepte de la K-pop-attitude, comme c'était encourageant. La brunette aimait bien son rôle de sempai alors c'était plutôt plaisant pour être de faire ce genre de choses. Elle était toute excités à l'idée d'avoir des conversations avec ses nouveaux Kohais.
Et puis elle avait également envie d'en apprendre plus sur Hihoko et ses gouts musicaux par exemple. Pour ce qui est de la cuisine, elle se demandait vraiment quel était son niveau et ce qu'elle aimait faire. En tout cas, de son point de vu, faire de la cuisine ensemble pourrait être très sympathique, elle gardait donc cette idée dans un coin de sa tête.

La jeune fille était déjà partante pour une sortie en ville sous cette chaleur, son énergie revenue grâce à cette nouvelle rencontre mais, elle en oublia qu'il fallait quelque chose d'essentiel pour ce genre de sortie : de l'argent. Aaaah, comme elle était bête. C'est dont Shisuka qui la repris à l'ordre :

"Hum... Nao attend, je dois prendre mon porte-monnaie. Tu monte toi aussi dans les dortoirs?"

Elle s'arrêta net et se rendit compte de son erreur. Elle se retourna donc vers elle, passant une mains dans sa nuque, un peu gêné de s'être emballé ainsi. Mais t'inquiète pas petit Nao, c'est ce qui fait ton charme ta maladresse. Elle se courba légèrement :

"Summimasen! J'avais oublié ce détails. Hum, oui je vais aussi monter dans les dortoir pour chercher mon argent... peut être retrouverais-je mon guardian pas la même occasion."

La tête en l'air en avait oublié son petit renard. Raaah, il serait en colère s'il l'apprenait, elle le savait et elle aurait certainement droit à deux semaines de boudage pour la peine. Et elle était bien placé pour savoir qu'un Zouni qui boude, c'est très mais, alors trèèèès irritant. Et que je te prends toute la place sur le lit, et que je te fasse pipi dans tes draps propres, et que je te lance des regard mauvais.... Aaaah non non non, ça jamais !! Alors, il valait mieux qu'elle le retrouve, et vite ! Mais, malheureusement, elle n'avait aucune idée de l'emplacement du guardian, ni même à quel moment elle l'avait perdu de vu... peut être quand elle était rentré dans Hihoko, quelques heures auparavant. L'infirmière l'avait emmenée de force alors elle n'avait pas eu trop le choix et à cause de la collision elle devait être un peu chamboulée.... Raaah, elle n'allait pas faire toute l'éocle tout de même....
Une idée lui vint alors machinalement.

"Ne, Shisuka-san... hum, je suis un peu embêtée de te demander ça mais... est ce que tu pourrais m'aider à retrouver mon gardian avant que nous partions en ville... J'ai peur qu'il finisse par m'en vouloir si je ne le retrouve pas bien vite...."
Revenir en haut Aller en bas
Shisuka Hihoko
Voyageuse du temps
avatar

Messages : 202
Date d'inscription : 11/08/2010
Age : 26
Localisation : Suisse

Feuille de personnage
Expérience:
0/5000  (0/5000)
Pouvoirs / guardians / armes:
Symbol / Déclencheur de transformation / Transformation:

MessageSujet: Re: Un erreur, presque fatale. [Libre]   Ven 3 Sep - 17:21

Cette journée est ce qu'on peut dire étrange. Je viens de recevoir mon gardien et je sais toujours pas quel sont nos pouvoirs, mais ce qui est plus étrange c'est que je suis sûre que Tora, ma gardienne, sais quels sont nos pouvoirs mais ne veux pas le dire. Puis il y a eu cette rencontre... Une chose qui aurait put très mal se passé mais non le résultat est assez étrange. Je me retrouve avec la fille qui j'ai bousculé et maintenant on part faire du shopping ensemble, comme si on était des aimes depuis des années. Puis mon aînée, Nao, une fille très sympathique, une peu maladroite, mais rien de très grave, car sur ce rayon là moi j'étais mal partie pour parler, moi aussi étant une maladroite de première. Je disais donc Nao se courba pendant que je tenais la porte des dortoirs des filles Tora avait rentré quelques secondes plus tôt, avec un regard amusé par ma torture mental, sur la vérité des nos pouvoirs, je compris pas tout de suite le geste de Nao, mais quand celle ci parla je réussi enfin a comprendre le message puis je lui regarda avec un sourire, un peu bête, je l'avoue mais très rassurant. J'eus pas le temps de passer la porte quand Nao parla a nouveau, cette fois ci à propos de son renard.

Bien sûr que je t'aide, rien ne me ferait plus plaisir.

Ces mot là m'échappèrent avant que moi-même ne me soie rendu compte. Mais bon, c'est pas trop grave a deux mots près j'aurais dit la même chose. Je ne tardais pas a ajouter quelques mots pendant que j'ouvrais a porte complètement.

A nous trois on arrivera a parcourir plus vite l'école, même si celle ci est très grande.

Effectivement l'école était immense, en comparant a toute les autres que j'ai fréquenté. Je essaya de repérer ou Tora était, mais cette dernière avait disparu... Je regarda Nao et dans un tons d'excuses je prononça les mots suivants:

Il faut croire qu'on est que nous deux.

Ce chat, elle va me rendre folle, en premier elle ne me dit pas quel est notre pouvoir et maintenant quand on a besoin d'elle, elle disparait.
J'allais reprendre la parole pour lui demander ou commencer a rechercher son gardien quand je senti une nausée, comme j'avais jamais ressenti avant. Puis aux yeux de Nao j'ai disparu.

Vous pouvez penser que tout ceci n'est que le produit de l'imagination et que je me suis caché dernière quelque chose mais non j'était nulle part simplement disparu. Pendant 5 secondes devant le bâtiment des dortoir des filles Nao resta toute seule. Et moi j'étais passé ou? Bonne question moi j'étais dans l'école mais j'avais une impression dejà-vu ce couloir m'était très familier puis là devant moi, je me vis en train de monter les escaliers avec un coca-cola, attendez je viens de dire que je m'étais vue?
Il faut vraiment que j'arrête de prendre du coca a grande doses. Si je suis ici je peux pas me voir en train de monter les escaliers.
J'essayais de comprendre le pourquoi de tout ça pourquoi je revoyais cette scène, pourquoi tout ça avait l'air si réal. Puis je vis Nao sortir d'une pièce et la collision fut inévitable, je me regardais bêtement pendant que je montais les escaliers quand quelque chose attira mon attention Nao elle été emmenée par une autre personne loin du couloir, mais elle n'avait plus son gardien. Je tourna au tour de moi, les personnes ne me remarquaient pas, comme si j'étais invisible a leurs regards, un click surgit dans ma tête, c'est ça mon pouvoir? pouvoir revoir le passé? J'aurais attendu quelque chose de plus émotionnant, mais on peu pas tout avoir n'est pas? Puis j'ai vu une petite bête. Elle était si apeuré par la quantité des personnes qui passaient, cette bête était un renard. Un renard? Mais c'est peut-être le gardien de Nao? Avec un peu de chance il resterait caché près des escaliers pendant tout ce temps. Puis les images devinrent floues, et la nausée se fit ressentir. PLOUF! Nao était devant moi dans le jardin qui donnait sur le dortoir des filles.

Pendant quelques secondes je resta paralysé puis j'ai simplement murmuré:

Je crois que ton gardien est toujours dans le bâtiment principal.

J'étais pâle, j'avais toujours pas digéré cette nouveauté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://entre-nekos-humains.forums-actifs.com/index.htm
Shisuka Hihoko
Voyageuse du temps
avatar

Messages : 202
Date d'inscription : 11/08/2010
Age : 26
Localisation : Suisse

Feuille de personnage
Expérience:
0/5000  (0/5000)
Pouvoirs / guardians / armes:
Symbol / Déclencheur de transformation / Transformation:

MessageSujet: Re: Un erreur, presque fatale. [Libre]   Dim 19 Sep - 19:19

Vu que Nao est parti je crois bien que le rp est fini... dommage il y avait encore beaucoup de futur ce rp...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://entre-nekos-humains.forums-actifs.com/index.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un erreur, presque fatale. [Libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un erreur, presque fatale. [Libre]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» erreur fatale code 101
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» marc, mon ami, tu as commis une erreur:::
» Pas sur la neige...[Libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sekai Magical :: Extérieur du lycée :: Jardin-
Sauter vers: