Entrez dans un monde ou magie et réel ce mélange dans le domaine scolaire. Adoptez un guardian, familiarisez vous avec vos armes & pouvoirs et découvrez vos transformations liés à vos tatouages ou symboles.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une balade matinale.

Aller en bas 
AuteurMessage
Haruka Evans

avatar

Messages : 17
Date d'inscription : 10/08/2010

Feuille de personnage
Expérience:
5000/5000  (5000/5000)
Pouvoirs / guardians / armes:
Symbol / Déclencheur de transformation / Transformation:

MessageSujet: Une balade matinale.   Sam 21 Aoû - 21:36

Je ma baladais dans la rue avec aucune destination en tète. Je marchais pour le simple plaisir de marché. J’arrivais dans une rue remplis de boutique. Il y avait de tout, vraiment, des magasins de vêtements, de chaussures, des librairies, d’objets de décorations. C’était très impressionnant, on aurait pu croire que la rue ne se finissait pas. J’avançai, elle était presque déserte, ce qui était tout à fais normal, vu l’heure qu’il était. Ce matin là, je m’étais levée tôt et j’avais décidé d’aller me promener plutôt que de rester à trainer dans ma chambre. Mais je n’avais pas pensée à prendre de l’argent sur moi. Bien que n’étant pas très dépensière, j’aimais me faire plaisir de tant en temps, et pis peut être qu’il y aurait quelque chose qu’il ferait plaisir à Sora. Vraiment j’avais une petite tête, j’aurais du penser à prendre mon portefeuille.

Haruka : Je suis désolé Sora ; Ce n’est pas que j’aurais pas voulu t’acheter quelque chose mais je n’ai pas d’argent sur moi. Excuse-moi.

Je m’apprêtais à le caressé juste derrière l’oreille (tous les chats aiment ça) Mais à la dernière minutes, je me suis relevée. A la première année, j’adorais le caressé, mais depuis sa transformation, sachant ce qu’il était, je ne sais pas pourquoi je n’osais pas. Et pourtant on s’entendait beaucoup mieux depuis. Bon reprenons, on continua donc à avancer, les vitrines étaient colorée. C’était des couleurs tape à l’œil afin d’attirer notre regard. Nous avions parcouru environ 150 mètres (eh oui je vous avez dit qu’elle était grande cette rue) quand je m’arrêta net devant une vitrine. Il y avait en tout 5 mannequins, mais celui que je regardais le plus, portait une robe noire qui arrivait au niveau des chevilles du mannequin. Elle était très chic. Je m’avançai afin de regarder le prix : 175 euros. Même pour une robe aussi belle, le prix était vraiment exorbitant. On continua notre chemin et on tomba nez à nez avec un homme assez âgé, qui tenait un stand de glaces.

L’homme : Bonjour ma petite dame, est ce que vous voudriez m’acheté une petite glace ?

Haruka : J’adorerais car elles ont l’air délicieuses mais malheureusement je n’ai pas d’argent sur moi.

L’homme : Mais ce n’est pas grave, exceptionnellement je vous la donne.

C’étais bizarre pourquoi donc c’est homme voulais me donnez une glace ? Vraiment des fois les gens sont étranges.

Et il a ajouta :

L’homme : Et je peux donner un bol de lait pour votre animal.

Haruka : Merci monsieur c’est vraiment très aimable à vous.

L’homme : De rien je le fais avec plaisir. Glace chocolat ou fraise ?

Haruka : Chocolat s’il vous plait. Et merci encore de votre gentillesse. Au revoir.

Et l’homme me donna la glace et le bol de lait pour Sora.
On alla donc s’installer sur un banc à l’ombre d’un arbre car même si il était tôt. Il faisait déjà très chaud.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sora Evans

avatar

Messages : 13
Date d'inscription : 09/08/2010

Feuille de personnage
Expérience:
5000/5000  (5000/5000)
Pouvoirs / guardians / armes:
Symbol / Déclencheur de transformation / Transformation:

MessageSujet: Re: Une balade matinale.   Mar 24 Aoû - 16:33

Plaisir simple de la vie, quand tu nous tiens...! Enfin, pour moi, mon plaisir ultime, c'était de dormir à l'ombre d'un grand cerisier en fleur alors que l'air est encore chaud. Vous me direz, c'est assez simple, mais les choses les plus simples sont toujours les meilleurs à mon humble avis. Seulement, les cerisiers n'étaient pas encore en fleur, donc je me contente d'une bonne sieste dehors, sur une branche d'arbre. Oui, cela peut paraître bizarre de voir un homme sur une branche en train de dormir, on peut se dire que je tombe durant mon sommeil... Seulement, n'oubliez pas, je suis un chat à l'origine, du coup je retombe toujours sur mes pattes. Même si, ensuite, je tombe la face dans la boue, je tombe d'abord sur mes jambes. Enfin, je m'écarte du sujet, l’important, c’était cette matinée, ensoleillée et chaude… Donc, dés que je fus réveillé, la première idée qui me vint à l’esprit c’était… Me laver ! Je ne supportais pas être sale et comme je m’étais baladé toute la nuit, mes pattes comportaient des traces de boues séchées. Du coup, avant que toutes les jeunes filles se soient réveillées, je rentrais discrètement dans les douches pour faire ma toilette. Ah, lorsque l’eau chaude tombe sur moi, j’en frissonne de plaisir, car c’est tellement agréable de pouvoir se détendre avant une dure journée. Du coup, après mon passage à la douche et que j’ai emprunté du shampoing à Haruka, je m’en allai dans les escaliers aussi discret qu’un chat. Que j’aimais regarder le matin les personnes assez courageuses pour se lever tôt et découvrir le monde qui les entourait. Seulement, ce matin, les escaliers étaient vides. D’un côté, il était six heures du matin. Du coup, n’écoutant que ma paresse, je décidais de me rendre à l’extérieur de l’école pour chercher un coin tranquille où attendre le réveille d’Haruka. Seulement, je tombai par hasard sur la bibliothèque de l’établissement. J’y rentrai et je m’intéressai un peu aux bouquins présents sur les étagères…

Sur une branche, prés de la fenêtre de la chambre d’Haruka, je lisais paisiblement quelques livres fort intéressant… Enfin, j’étais un mordu des documentaires et des bouquins très compliqués. Allez savoir pourquoi ! En tous cas, je comprenais bien ce genre de livres. En tous cas, je lisais un livre sur un sujet fort intéressant. Theodor James Mollison avec son livre « le sérodiagnostic comme méthode de la systèmique animale »… Un médecin nazi décrivant la race humaine. Je trouvais cela vraiment incompréhensible et à la fois, fort mystérieux. Alors les humains ont pensé comme cela, comme s’ils faisaient parti d’une chaîne alimentaire. Je découvrais une nouvelle image des Hommes. Cependant, des livres comme ceux-là n’étaient pas trouvables de nos jours, mais dans un établissement magique, cela est possible… Enfin, n’aimant pas spécialement ce que je lisais, je trouvais quand même le courage de continuer à lire. Soudain, je vis Haruka sortir de l’école et du coup, j’ai dû arrêter ma lecture forte instructive. Lorsque je tombai près d’elle, je remarquai sans un mot qu’elle se dirigeait vers la ville. Je n’aimais pas vraiment y aller, mais je préférais quand même garder un œil sur Haruka, car elle n’avait jamais eu vraiment de chance et encore moins de tête…

Dans la ville, je regardais distraitement ce qui m’entourais. Après tous, cela ne m’intéressais guère. Cependant, nous n’avions jamais visité cette rue auparavant et à ce que je voyais, il y avait pas mal de boutiques de différentes couleurs. Je n’aurais jamais pensé qu’il puisse vendre autant de choses futiles… Franchement, expliquez-moi l’utilité d’un torchon avec votre nom dessus ? Vous ne voulez pas le prêter alors vous marquez votre identité dessus ? Cependant, les jeunes filles humaines, comme Haruka, adorent regarder les boutiques, même si elles n’achètent rien, elles regardent avec leur yeux de biches, pensant qu’elles pourraient porter les tenues exposées sur des mannequins en plastique… En plus de ça, payer des sommes astronomiques pour un bout de tissu, cela me paraissait vraiment idiot. Je me contentais largement de mes costards et voilà, je n’allais pas en racheter dix, deux me suffisent grandement. L’un est nettoyé pendant que je porte l’autre. Ce que j’aime pourtant, ce sont les chemises, mais je n’achète pas les hors de prix pensant que je serais plus cool avec elles. Enfin, je m’écarte de cette matinée. En tous cas, je suivais Haruka, qui, d’un coup me lança qu’elle n’avait pas prit son portefeuille. Je vous l’avais bien dit, elle n’est née avec une tête solide sur les épaules. Je soupirai, je m’en fichais, rien ne m’intéressait spécialement, donc mon compte était déjà réglé. Seulement, je la vis s’approcher de moi. Pourtant, elle ne fit rien. Bon, je ne compris pas spécialement, mais elle reprit sa marche, du coup je la suivis. Après quelques minutes marche, elle s’arrêta devant une vitrine, les yeux pleins d’étoiles. Une robe ? Je m’approchai pour la regarder de plus près. C’est vrai qu’elle était plutôt belle, mais d’un côté, plus je la regardais, plus je me disais qu’elle n’était pas pratique à porter en cas de combat… Le prix était plutôt exorbitant, mes cheveux se levèrent un peu, tellement ma surprise de découvrir des robes aussi courtes avec un prix aussi élevé. On repartit. Je voyais pourtant bien qu’Haruka aurait bien voulu cette robe. Je décidais que j’irais lui acheter plus tard, pour lui plaisir. Après tous, je lui piquais régulièrement ses shampoings en douce, je pouvais au moins faire ça. En plus, je rappelle que j’ai encore une sacrée cagnotte avec moi. Je sortis rapidement de ma rêverie, car je voyais Haruka discuté avec un homme d’un certain âge, qui devait vendre des glaces à première vue. J’attendis qu’elle finisse de parler avec lui, prêt à repartir, seulement, elle vint vers moi avec un bol de lait. Je regardai le bol avec un visage entre le vert et le bleu marine. Je n’avais pas encore osé dire à Haruka que je digérais mal le lait. Je ne pus que sourire et on alla s’installer à l’ombre d’un arbre. Je ne voulais surtout pas boire de lait, c’était au dessus de mes forces. Être malade pendant trois heures, c’était pas ce qui me plaisait le plus. Du coup, je dis d’un coup, comme pour passer pour un homme innocent.

Sora •« Je trouve ça quand même bizarre qu’il nous donne sa marchandise sans demander de l’argent… Si cela se trouve, il n’aime pas les chats et il a mis de la mort aux rats dans le lait… Attend, je vais voir s’il y a d’autre chats dans le coin, pour leur donner. »

Du coup, je m’en allai déjà dans une ruelle prés du banc. Mon odorat ne m’avait pas trompé, ils y avaient bien des chats. Je posai le bol à terre et mes compagnons vinrent laper le lait frais avec joie. Je les regardais en agitant tranquillement ma queue, de gauche à droite. Lorsqu’il fut entièrement vide et que ma petite bande de matou se collait à moi en ronronnant, j’aperçus brièvement quelque chose dans une poubelle. C’était un portable qui brillait. La personne qui l’avait perdu devait le chercher partout. Du coup, je le pris avec moi et je l’emmenai à Haruka.

Sora •« Eh, Haruka, regarde ce que j’ai trouvé dans une poubelle ! On dirait bien que quelqu’un l’a perdu. Il faudrait peut-être essayer de retrouver la personne en question, sinon elle va s’inquiéter… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une balade matinale.   Ven 27 Aoû - 16:17

Qu’Est-ce qu’un réveil à part une chose agaçante qui vous assourdit dès le matin avec une sonnerie totalement ringarde et qui peut parfois vous mettre de mauvaise pour toute la journée? Non vraiment, je ne comprends pas. Autant demander à quelqu’un d’autre de vous réveiller ou laissé les rideaux ouverts la veille afin que ce soit la douce lueur des premiers rayons de soleil qui vous fasse ouvrir les yeux… Bon, il y avait plus de chance pour que cela ne marche mais… part pitié, trucidez-moi cet objet de torture !! Alors, vous avez le droit de demander pourquoi tant de haine dès le matin… Et bien certainement parce que notre petite Nao ne s’est jamais énervé contre quelqu’un depuis plus de six mois maintenant, même intérieurement il lui était impossible d’avoir des pensées haineuse envers un objet, vivant ou non. Or, aujourd’hui, un ras-le-bol général l’avait prise. Cela passait du lait qui n’était pas assez chaud, à sa jupe qui la serrait trop, lui prouvant ainsi qu’elle portait des kilos en trop… Non, vraiment ce n’était pas son jour. Même le beau temps estival et les oiseaux dans le ciel ne lui rendirent pas son caractère habituel. Il fallait qu’elle bouge un peu, pour un jour de congé, n’était-il pas malheureux de rester enfermée? Longtemps on lui avait interdit de sortir pour la « protéger » disait-ton, et bien aujourd’hui elle disait stop à cette vieille coutume! Elle irait dehors, regarderait les stands et achèterait même quelques babioles, nah! Oui bon, la rebellions avait des limites, surtout quand on parlait de Nao, la petite fille sage qui ne connaissait rien au monde… A défaut d’avoir retrouver sa bonne humeur, elle retrouva de la motivation et sortit de la chambre avec son guardian pleine d’en train. Zouni par contre, la regardait d’un œil plutôt interrogateur. Cela faisait plus d’un an qu’il la côtoyait et il ne l’avait jamais vu aussi furax… ça ne présageait rien de bon. C’est bien connu, les personnes calmes sont les plus dangereuses lorsqu’elles se mettent à ne plus l’être car, ce sont les plus imprévisibles. Bon, Nao ne ferait pas de mal à une mouche mais, on ne sait jamais… Qui sait, peut être qu’au fond c’était une grande nerveuse !
Bon, c’était bien beau de vouloir sortir mais, qu’allait faire une fois dans la ville. Elle n’y connaissait rien elle aux villes nippones. Lorsqu’elle était encore jeune, ses parents ne la laissait jamais sortir du dojo ou de la maison, elle ne voyait de la civilisation extérieur que son école. Chez elle, tout se passait comme au temps des samurai… autant dire que beaucoup de choses ont changés depuis. Puis, lorsqu’elle était en Corée du Sud, ils lui avaient laissés déjà plus de libertés mais, il devait y avoir des choses différentes… non? D’ailleurs, elle le remarqua bien vite en ne trouvant aucun stand de rue autour d’elle… Où sont les comptoir où l’ont servait du kimichi, du soju et d’autres plats typiques?!! Aaah, elle aurait tué pour un peu de ce choux épicé dont raffolaient les coréens, cela faisait tellement longtemps qu’elle n’en avait pas manger de nouveau. Enfin bon, à chaque pays ses coutumes, elle était japonaise alors elle devait vivre comme tel ne? Cependant, dans les rues, elle devait s’avouer un peu perdue. Elle regarda inquiète autour d’elle mais, ne reconnaissait que très peu de choses…. Maaah, elle s’y habituerait mais, ce n’était pas très malin d’être venue toute seule pour une première fois, pourquoi ne l’avait t’elle pas fait avant hein? Raah, sacrée Nao. Après plusieurs minutes de marches, son regard fut tout de même attiré par un magasin de peluches, tout ce qu’elle aimait! Depuis quelques temps, elle s’était décidé à créer un nounours à l’effigie de Zouni. Ce dernier n’était pas très d’accord, sans doute un peu jaloux mais, il n’avait pas réussi à se faire entendre. Peut être que ce paradis de la Kawaii-attitude lui rendrait sa bonne humeur, qui sait! Elle demanda au renard de rester dehors, les animaux n’étant pas autorisés, sauvage d’autant plus!

Oui c’était vraiment fabuleux cet endroit. La brunette avait une envie de tout acheter complètement hallucinante, dès qu’elle voyait quelque chose, il était bon à passer à la caisse. Elle n’en avait peut être pas assez de ses centaines de peluches qui l’attendait chez elle et dans sa chambre… Une vraie gosse pourrie gâtée! Elle aurait sans doute acheté tout le magasin si une annonce ne l’avait pas interpellé. « Nous organisons un atelier de couture dans la salle d’à côté… » Elle n’avait pas eu besoin d’entendre la suite qu’elle avait déjà lâché tout ce qu’elle portait dans ses bras. Elle, une accro? Naaah… juste un peu. En même temps, quand elle n’était pas avec sa mère, elle ne trouvait pas spécialement le temps de faire ce genre de choses ni quelqu’un pour lui expliquer… Choses qui lui manquaient mais, elle avait apprit à s’en accommoder avec le temps. Lorsqu’elle apparue dans la salle en question, elle était peuplés d’adolescente qui la regardèrent… elle se sentit tout de suite intimidée. Avait-elle un furoncle sur le nez pour qu’on la fixe ainsi?! Qu’elles se remettent à coudre au lieu de commérer… Pensées qui lui vinrent comme ça, alors que ce n’était pas dans son habitude d’avoir ce genre d’opinions… Elle se mettait de plus en plus à ressembler à Kitsune, ce n’était pas bon! Mais, elle ne s’en rendait même pas compte, naïve comme elle était. Lors de l’atelier, elle se débrouilla plutôt bien fasse à des couturières plus expérimentée qu’elle, comme on pouvait s’y attendre. Elle était modeste mais, depuis toute petite elle aimait ce genre de travaux pratiques alors elle avait progressé plutôt vite. Lorsque les deux heures furent passés, elle avait certainement l’une des peluches les plus aboutie, ce qui lui value les compliments du professeur d’un jour, qui lui proposa même d’adhérer à son club. Très enthousiaste, elle allait pour accepter quand une pensée noire lui revint. «  Pour apprendre à faire des choses ringardes et me retrouver avec des empotés, non merci »… telles étaient ses propos, heureusement pour elle, cela ne dépassa pas sa bouche. Et de façon contradictoire, elle accepta d’un signe de tête. Non, vraiment c’était de plus en plus étrange tout cela. La jeune femme lui demanda poliment si la brunette pouvait mettre quelques déchets de l’atelier à la poubelle afin de l’aider, bien évidemment Nao accepta et partit avec un sac rempli de patchwork dans son sac en bandoulière. Or, étourdie comme elle était, son portable se mêla aux textures et elle jeta le tout à la poubelle…

Midi passé, le soleil au zénith, la faim commençait à lourdement la tirailler. Que faire? Rentrer. Non, il était bien trop tôt. Pourquoi ne pas aller dans une baraque… Ha, il n’y en avait surement pas ici… mais, il devait bien y avoir l’équivalent! Un restaurant qui vend de la nourriture rapide pour pas très cher, c’était international en ces temps de crise. La jeune fille n’avait beau ne pas compter ce qu’elle dépensait, elle n’avait pas emmené beaucoup et au final, elle était bien décidé à continuer ses emplettes après le déjeuner. Elle trouva ce qu’elle voulait, un petit restaurant de ramen… Cela lui fit mal au cœur de devoir laisser une fois de plus le pauvre Zounii à l’entrée, il devait avoir faim lui aussi.. Elle trouva rapidement la solution. A quoi bon avoir des pouvoir si on ne pouvait même pas s’en servir?! Elle sourit de sa propre idée ingénieuse et, non loin, dans une ruelle, elle donne l’illusion que son renard n’était enfaite qu’une minuscule sourie… Cela ne tiendrais certainement pas des heures mais, surement assez pour que son guardian se faufile sous sa table. Au pire, elle le cachera entre les pans de sa jupe, et ni vu ni connu ! Maha, elle était fière de son idée pour une fois. Le repas se passa sans encombre et elle put sortir rassasié d’ici, connaissant ainsi un peu mieux le monde extérieur. Son humeur s’étant d’ailleurs nettement améliorée. Elle regarda quelques vitrine de vêtements et lorsqu’elle voulu prendre en photos de magnifique botte afin de l’envoyer à sa meilleur amie… catastrophe. Elle avait beau fouiller son sac, le renverser à même le sol, et le farfouiller au moins trois fois, rien à faire, il n’était pas là ! Aaah, où Est-ce qu’elle avait bien pu le mettre. Tête en l’air comme elle était, jamais elle ne pourrais le retrouver! Elle ne l’avait même pas sortit de son sac, comment avait t’elle fait?!! Raah , aujourd’hui quelqu’un s’acharnait pour qu’elle passe une mauvaise journée elle avait l’impression. Et ça y est, elle recommençait à s’énerver! Elle voulait hurler sur tout le monde, fulminant de l’intérieur. Le mauvais Karma certainement… Croyant comme elle l’était, c’était l’une des première raison qui était venue à son esprit. Mais qu’avait t’elle fait de si mauvais pour mérité ça? Elle priait tous les jours, plusieurs fois, lorsqu’elle le pouvait, elle se rendait au temple pour aider…. Non vraiment, elle était tout ce qu’il y a de plus pratiquant et sage. Aaah, ça devait être ce maudis démon qui passait son temps à tourner autour d’elle, à l’affut de la moindre faille pour pouvoir la posséder. Elle n’allait pas non plus se plaindre, c’était grave à cet esprit qu’elle obtenait autant de pouvoir, il fallait juste qu’elle réussisse à contrôler ce Yodai. Bon, calme toi Nao, tu vas le retrouver ce satané téléphone. Après tout, avec une coque rose fluo et des millier d’autocollants à l’effigie de star de K-pop les uns sur les autres, ça ne passe pas inaperçue! Elle partit dans toutes les direction et au bout d’une heure, elle s’assit sur un banc, au bord des larmes et épuisées. Son guardian était aussi épuisé qu’elle et la regardait compatissant. Il fallait qu’elle se rende à l’évidence, elle ne le retrouverait jamais! C’est d’ailleurs pour cette raison qu’elle se leva, s’apprêtant à retourner à l’internat… quand son regard fut attisé par… une coque rose fluo !! Elle s’arrêta net, ses yeux s’écarquillèrent de surprise et elle remonta son regard jusqu’aux personnes l’aillant en leurs possession. Et elle fronça les sourcils, la colère revenant plus sourde que jamais. Elle ramena son sac à mains sur son épaule et marcha d’un pas décidé vers la jeune fille. Tout en elle, jusqu’à sa démarche montrait à quel point elle était drôlement remonté. Elle retroussa d’ailleurs ses manches en arrivant vers elle et lui donna un coup de sac en fermant les yeux, comme une petite fille de cinq ans pourrait le faire… Non vraiment, aucune répartie.

« Chenapan, gredin, canaille, fripouille !!! Vous n’avez pas honte de voler un téléphone portable !!! »

Bon, pour la violence on remettra ça à plus tard, c’était avant tout de Nao qu’il s’agissait. Elle prit le portable des mains, soufflant sur sa mèche qui lui barrait la vue. Non vraiment, les gens de nos jours n’ont aucune éducation, je vous jure!
Revenir en haut Aller en bas
Haruka Evans

avatar

Messages : 17
Date d'inscription : 10/08/2010

Feuille de personnage
Expérience:
5000/5000  (5000/5000)
Pouvoirs / guardians / armes:
Symbol / Déclencheur de transformation / Transformation:

MessageSujet: Re: Une balade matinale.   Ven 27 Aoû - 22:22

Sora me sortit une excuse bidon pour ne pas boire le lait. Il pensait donc vraiment que j’étais naïve. Depuis quelque temps j’avais remarqué qu’il était malade rien qu’en ayant avalé une goutte de lait. Je ne lui dis rien afin d’éviter qu’il ne prenne la mouche et puis je voulais surtout éviter que par fierté il ne boive du lait, juste pour me montré que j’avais tort. Je le laissai donc apporter le bol à d’autres chats. En attendant son retour, j’observai les gens qui passaient devant moi. Une dame habillée de façon vraiment très original. Elle portait une robe de soirée assez chic, de couleur rose fushia, avec un gilet de sport, elle avait aux pieds une paire de basket, tous ce qu’il a de plus sportif ; Mais le pire, si je puis dire c’était la couleur de celle-ci, elles étaient d’un bleu intense. Je me demandai où pouvait donc allez la femme. Dans ma méditation je ne remarquai même pas que mon gardian était de retour. Je le vis arriver avec un portable muni d’une coque rose. Je l’écoutai m’expliquer où il l’avait trouvé, il avait raison la personne devait être folle d’inquiétude. Je pris donc le portable, bon déjà il appartenait à une fille, enfin je crois, après tout des garçons pouvaient choisir du rose eux aussi. Je me mis à chercher dans le répertoire afin de voir s’il y avait un numéro du genre « papa, maman » afin de signaler la disparition du portable. Je n’eu pas le temps de continuer mes recherches car je venais de voir une jeune fille qui marchait très vite dans sa direction, je la vis remonter ses manches.

Une fois devant moi, je pensai qu’elle avait reconnu son portable. Je m’apprêtai à la saluer et à le lui demandé. J’ouvris la bouche et là je me reçu un coup de sac à main dans le visage. Mon nez en avait pris un sacré coup. Et là comme toutes les personnes ayant reçu un coup sur le nez, les larmes me montèrent aux yeux. J’étais d’un naturel assez calme, mais généralement quand on me provoquait, je réagissais. Je voulu me relever mais je faillis tomber dans les pommes. Vraiment cette fille était jeune mais elle avait de la force, il ne fallait pas se fier aux apparences.

Et je l’entendis m’insulter et m’accuser d’avoir volé son téléphone portable. Bon au moins j’avais ma réponse et je compris la raison de cet accès de colère. Mais bon elle pouvait au moins demander des explications avant de frapper les gens. Je m’apprêtai à lui dire ma façon de penser. Je me levai, déjà j’étais mal partis, j’avais l’impression d’avoir des jambes en coton. J’eu soudain très mal à la tête et je tombai dans les pommes.




[HRP : désolé je n’avais pas beaucoup d’inspiration, encore désolé.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sora Evans

avatar

Messages : 13
Date d'inscription : 09/08/2010

Feuille de personnage
Expérience:
5000/5000  (5000/5000)
Pouvoirs / guardians / armes:
Symbol / Déclencheur de transformation / Transformation:

MessageSujet: Re: Une balade matinale.   Mar 31 Aoû - 22:50

      C'est vrai, il y a des choses que l'on ne peut pas expliquer. Par exemple, vous avez de la douce impression d'avoir rendu service à quelqu'un, qu'il vous est reconnaissant et que votre journée n'est qu'un amas de joie. Cependant, c'est tous le contraire. Vous n'avez qu'aggravé la situation, seulement vous ne vous en rendez pas compte. Cela arrive très souvent, parfois juste en marchant. Vous devez vous dire que j'exagère, que je grossis et que cela n'arrive pas tous les jours. Heureusement encore! De toute manière, il reste encore des cas où nous faisons notre B.A., d'ailleurs on peut la retrouver sous plusieurs visions: donnez votre place à une petite vieille dans le bus, aidez une mère débordée par ces enfants en tenant ces sacs de course et encore bien d'autres gestes que certains pensent naturels et d'autres trouvent vraiment incroyable. Oh, vous devez le connaître, celui qui va se vanter d'avoir donné des cartes gratuites, avec des cartoons dessinés dessus, à un enfant. Franchement qu'aurait-il fait de ces cartes de jeux de toutes manières? Enfin, vous devez me remercier pour se fabuleux cours de philosophie humaine. Malgré tous, je vous dis que cela n'est pas inutile et que la suite vous permettra de mieux comprendre ma réaction.

      Plus je regardais le portable dans mes mains, plus je me demandais comment des gens pouvaient utiliser cet objet… Sérieusement, leurs ancêtres n’utilisaient que de sublimes lettres enflammées, qui nous donne maintenant des chefs d’œuvres dans le roman : les romans épistolaires. Vous croyez vraiment que Laclos aurait écrit « Les Liaisons Dangereuses » avec une écriture SMS ? J’imagine et cela m’hérisse le poil… « Slt, J voulé voir si t’a pa dé new d ton côté ». Je pense qu’il serait insupportable à quiconque de lire un livre avec le langage qu’utilise certains barbares en dehors de ces boîtes électroniques. De plus, celui que j’avais trouvé parmi des tissus multicolores était d’un sublime rose bonbon, à la limite du fluo. Sans trop réfléchir, la certitude que son propriétaire soit de sexe féminin était quasi de cent pour cent. En plus de cela, toutes les images collées dessus me confortaient dans ma pensée. Comment pouvait-on assembler autant de photographies sur un espace aussi étroit qu’est la coque protectrice d’un téléphone portable ? Dans tous les cas, je pourrais faire une thèse sur « l’utilisation abusive du téléphone portable chez les mineurs »… À cette idée, je me mis à sourire de façon la plus innocente qu’il m’était possible de faire. Ce ne fut qu’à l’instant qu’Haruka me prit le portable des mains que mon cerveau se reconnecta à la réalité. La fille qui avait perdu cet objet devait sombrer dans une véritable dépression car il n’y avait qu’à regarder l’appareil pour s’en rendre compte. Qu’elle erreur ! Je détournai mon regard pendant moins de trois secondes d’Haruka pour admirer un Gardian, ressemblant fort à un renard, que déjà mon maître se fit agresser par une jeune demoiselle. Elle était vraiment furax, car « balancer » son sac dans le visage d’une pure inconnue, c’est pas donné au premier venu. J’avoue, j’étais vraiment sous le choc, j’hésitais entre rire aux éclats ou fondre dans un interminable sanglot. Le pire était sans aucun doute de voir ma propriétaire, les phares en l’air. Ce faire assommer par un vulgaire sac, c’était vraiment la goutte d’eau qui faisait déborder le vase. Pourtant, je restais d’un calme absolu, à la limite de la sérénité… J’éprouvais la vive sensation d’être traité pour un voleur, ce qui m’était totalement intolérable. Aussi, ma vengeance serait particulièrement diabolique et cruelle. D’ailleurs, elle ne tarda guère. Je lui chipai des mains le portable qu’elle venait de retrouver. Je l’affichais fièrement avant de déclarer, en me penchant vers Haruka pour essayer de la réveiller.

      Sora •« Je vous trouve plutôt incongru de nous traiter comme des voleurs alors que vous agressez mon amie pour lui Prendre le téléphone des mains ? Je trouve cela vraiment louche. Votre père ne vous a jamais appris qu’il ne faut pas se faire des conclusions trop hâtives ? Et bien, sachez que j’ai retrouvé ce portable dans une poubelle, donc il peut m’appartenir de pleins droits, après tous, vous l’avez jeté. Cependant, à voir votre réaction, je présume que ce n’est qu’un vulgaire accident de votre part, une maladresse, mais cela ne vous pardonne pas le moins du monde. On m’a toujours appris que tout acte irresponsable devait être relevé et réprimandé. Par conséquent, je me dois de vous punir. Je que vous êtes à Sekai, donc nous n’aurons aucun mal à nous revoir… Ainsi, je vous confisque officiellement votre appareil pour une durée indéterminée et je demande à ce que vous vous excusiez devant Haruka et moi ! »

      Je sais, je suis un véritable monstre quand l’envie me prend… Je pouvais présumer que la jeune fille devant voudrait me « trucider », seulement elle saurait assez tôt que je ne garde pas un objet comme celui-ci. Dés qu’elle aurait fait ses excuses, je lui redonnerais sans broncher. Seulement, d’un coup, une autre jeune fille, les yeux en larmes se mit à courir dans ma direction. Lorsqu’elle fut à ma hauteur, elle me dit, un sanglot dans sa petite voix :

      Fille •« Oh, Monsieur ! Vous avez retrouvé mon téléphone ! Je pensais l’avoir perdu ! Je ne sait comment vous remercier ! »

      Voir cette fille débarquer me troubla. D’un côté, une fille qui vous attaque en vous traitant de voleur, de l’autre, une fille qui vous rejoins avec les larmes aux yeux et qui vous parle poliment et sereinement. Pour moi, il n’y avait pas photo ! Je remis le portable à la demoiselle en pleure. Elle me remercia et s’en alla, avec sa tenue si particulière… Une robe de soirée avec des baskets bleus… Pendant que s’en allait cette jeune fille, je me tournai vers la première « détentrice » du portable. J’éclaircis brièvement ma voix et j’approchai mon visage de celui de mon interlocutrice, pour qu’elle ne puisse pas détourner si facilement son regard du mien…

      Sora •« En plus de nous avoir insulté et attaqué, vous vouliez voler ce portable ? Cela n’est très joli pour une demoiselle de votre âge. Je pense que toi et moi nous allons discuter devant tes parents et le personnel de l’établissement. Je ne fais jamais de mal aux filles en temps normal, mais je déteste les menteuses ! »

      Bon, j’avoue que j’étais assez remonté. Comprenez, Haruka est profondément endormie sur le bitume, je viens de me faire insulter de voleur et en plus, je viens de découvrir qu’on me faisait tourner en bourrique. Du coup, je la pris sous mon bras, tel un sac de marchandise. Ainsi, mon bras, tel un sac de marchandise. Ainsi, je pouvais la maîtriser sans ne lui faire aucun mal. Après tous, je n’ai jamais fais de mal à une fille en dehors des combats ce n’était pas maintenant que j’allais commencer. Sous mon autre bras, je pris Haruka, toujours si HS. Il ne manquait plus que le Gardian renard… Bah, il est partit ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mrs Yousokaze
professeur de lien compréhensive
avatar

Messages : 214
Date d'inscription : 04/08/2010
Age : 33
Localisation : Dans la salle des profs

Feuille de personnage
Expérience:
0/5000  (0/5000)
Pouvoirs / guardians / armes:
Symbol / Déclencheur de transformation / Transformation:

MessageSujet: Re: Une balade matinale.   Sam 2 Oct - 19:17

En vu de la suppression du compte de Nao je ne vais pas tarder à clore ce sujet, j'attends juste le feu vert de l'un de vous deux. Merci
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chateau-folder.forumactif.com/index.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une balade matinale.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une balade matinale.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Ruelles] Balade matinale sans Sebastian [PV: Ciel Phantomhive & Atsuka Lyako]
» Une balade matinale pour oublier le passé.. [ Pv Gin ] [FINI]
» Petite Balade Matinale [LIBRE]
» Balade matinale
» Balade en amoureux (pv Charlotte)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sekai Magical :: Ville :: Boutiques-
Sauter vers: